👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

L’idée de départ du film de François Ozon est à la fois très intéressante et à la fois très malsaine, mais c’est le mélange de ces deux choses qui font que le film marche. Le spectateur est à la fois intéressé par la vie de cette famille, la relation que Claude entretient avec eux, mais le spectateur est aussi dérangé par cette sorte de voyeurisme et de vice qui s’installe au fur à mesure que le film avance. La relation que vont entretenir le professeur de français, joué par Fabrice Luchini, et l’élève prodige, joué par Ernst Umhauer, est celle d’un maître et de son élève. Mais qui apprend vraiment à l’autre ? Tel est la question du film … Fabrice Luchini fait du Fabrice Luchini, il reste donc fidèle à lui-même, et c’est tant mieux ! Ernst Umhauer est la révélation du film, même si l’acteur est un peu trop vieux pour le rôle, il fait preuve d’un grand talent d’acteur. Emmanuelle Seigner et Denis Ménochet, qui jouent les parents de la famille que Claude va épier, sont tous deux très bon. Quand à Kristin Scott Thomas, elle est superbe comme à chaque fois, et nous prouve encore une fois qu’elle est une très grande actrice. Avec « Dans la maison », François Ozon joue avec le spectateur et lui fait perdre toute notion de réel, le spectateur ne peut pas savoir quand il a à faire à la fiction de Claude ou à la réalité. Il y a des scènes absolument superbes, où le personnage de Fabrice Luchini s’invite dans la maison sous forme de « Jiminy Cricket » et conseille Claude sur la suite de son histoire. Durant une heure et quarante-cinq minutes, on suit le personnage de Claude à la recherche d’une histoire dans la maison. A vous de choisir d’y entrer ou non.

Plus de critiques, news, sortie DVD sur mon blog => http://masemainecinema.wordpress.com/
WilliamPeelTess
7
Écrit par

il y a 9 ans

1 j'aime

Dans la maison
eloch
8

" Elle ne voulait plus imiter, elle voulait vivre "

Une avant-première parisienne, un soir, et cette phrase "Fabrice Luchini n'a pas pu venir, il a eu un contre-temps" et dès lors devant la sourde acclamation de la salle on se pose une question:...

Lire la critique

il y a 9 ans

61 j'aime

Dans la maison
clairemouais
4

MAISONMAISONMAISONMAISONMAISONMAISONMAISONMAISON.

C'est pas fondamentalement mauvais. Mais ça veut pas non plus dire que c'est bon. L'idée de départ pourrait être plutôt sympa, l'histoire d'un élève de seconde qui écrit plutôt bien et remet à son...

Lire la critique

il y a 9 ans

55 j'aime

9

Dans la maison
Electron
6

Il y a toujours un moyen d'entrer

François Ozon est un réalisateur intelligent qui commence à bien connaître son métier. J’ai vu Dans la maison en avant-première, sans le moindre a priori et j’ai passé une soirée agréable de...

Lire la critique

il y a 9 ans

47 j'aime

8

Dans la maison
WilliamPeelTess
7

Entrez dans la maison ...

L’idée de départ du film de François Ozon est à la fois très intéressante et à la fois très malsaine, mais c’est le mélange de ces deux choses qui font que le film marche. Le spectateur est à la fois...

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

Frankenweenie
WilliamPeelTess
8

Frankenweenie, Tim Burton revient d'entre les morts !

Tim Burton m’a reconquis complètement. Après le très mauvais « Alice aux pays des merveilles » et le fun mais pas grandiose « Dark Shadows », « Frankenweenie » arrive comme une saveur douce et sucrée...

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

Sinister
WilliamPeelTess
1
Sinister

Sinister : la mort du genre horrifique ?

Je crois que j’ai un vrai problème avec les films d’épouvante. Non pas que je n’aime pas avoir peur au cinéma, mais plutôt que j’en ai marre qu’on nous resserve sans arrêt la même histoire ...

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime