👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Ben, eh bien, je crois que je vais laisser la lumière allumée ce soir ! ...

Il y a quelques années, sur Facebook, j'avais vu un court-métrage horrifique de 3 minutes d'un réalisateur inconnu qui m'avait franchement foutu les chocottes. Et quand j'ai vu la bande-annonce de Dans le noir, je me suis dit que quelqu'un s'est fait plagié son histoire mais j'étais bien content d'apprendre qu'il s'agissait en fait du même réalisateur qui adaptait son court en long métrage ! Le concept de la créature qui n’apparaît que dans le noir total est cauchemardesque à souhait et réveille nos angoisses profondes liées à notre enfance et à la peur du noir. Ici, l'idée est bien exploitée grâce un scénario construit et des scènes nocturnes angoissantes. Tout s’enchaîne très rapidement, le rythme est maintenue par une succession de jumpscare plus efficace les unes des autres, accompagnée par la bande originale angoissante de Benjamin Wallfish dont les sonorités rappellent celles de Insidious. Il y a une vraie histoire avec des personnages construits qui ne sont pas une accumulation de clichés et de victimes, et franchement ça fait le plus grand bien d'avoir une intrigue avant d'avoir un genre ! Tout se cache derrière un secret de famille étrange centré sur le personnage de la mère interprété par Maria Bello qui est totalement glaçante dans ce rôle. On l'a pour ainsi dire jamais vu ainsi et toutes ses interventions comptent parmi les plus flippantes. Ce que je regrette, c'est l'explication donnée à toute cette histoire. Et la durée du film (1h20) est expéditive et aurait mérité plus de détails sur le nœud de l'intrigue qui aurait pu être mieux formulée. D'un autre côté, on ne s'ennuie pas mais on reste tout de même sur notre faim, bien que le final a le mérite d'être étonnant ! En bref, beaucoup de bonnes idées, plutôt innovantes et bien flippantes, bien plus que Conjuring 2 à mon gout mais malheureusement bâclée dans le fond de l'histoire, mais ça, je crois que c'est qu'un détail pour ceux qui vont voir le film pour avoir la trouille !

alsacienparisien
7

il y a 5 ans

Dans le noir
JimBo_Lebowski
2
Dans le noir

Monsieur Trouille je vous en prie ça devient casse-pieds ...

J’avoue que je me doutais à l’avance que je n’allais pas aimer ce film, rien que la bande annonce donnait un gros indice sur le niveau du bousin, l’idée était donc d’adapter en long métrage un court...

Lire la critique

il y a 5 ans

33 j'aime

1

Dans le noir
B_Jérémy
8
Dans le noir

Le jump scare est-il devenu un gros mot?

Maman a des phases comme ça. Laisse-lui du temps. Elle a quelques contacts humains ? Quelqu'un vient souvent. Tant mieux. Qui ? Diana. Qu'est-ce que tu as dit ? Elle s'appelle...

Lire la critique

il y a plus d’un an

27 j'aime

24

Dans le noir
MistyForest
6
Dans le noir

Concept sympathique

Dans le noir est un film que j'avais assez envie de voir parce que la bande-annonce m'avait assez attirée et que le producteur n'est autre que James Wan. J'ai donc été le voir et mon avis est dans...

Lire la critique

il y a 5 ans

18 j'aime

5

Une histoire d’amour et de désir
alsacienparisien
8

Éducation sentimentale

Voilà un très beau film qui relate de l'éveil de la sexualité et la naissance d'un amour. Entre pudeur et poésie, retenue et impulsions, Leyla Bouzid vise en plein dans le mille avec son deuxième...

Lire la critique

il y a 8 mois

17 j'aime

La Femme à la fenêtre
alsacienparisien
7

Vis-à-vis

Alors je pense avoir été très bon public car au vue des mauvaises critiques, je me sens un peu seul. Déjà, ce qui est certain, c'est que La femme à la fenêtre bénéficie d'un casting cinq étoiles. Amy...

Lire la critique

il y a 12 mois

16 j'aime

4

Mamma Mia! Here We Go Again
alsacienparisien
3

Mamma Mia ! I won't go Again !

Moi qui suis allé voir cette suite dans l'espoir d'être emballé par le jeu naturel et toujours surprenant de Meryl Streep, j'ai été très déçu. Maman Mia ! Here We Go Again n'est qu'un simple prétexte...

Lire la critique

il y a 4 ans

14 j'aime