👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

"I want to see the frontier - before it's gone."

Aaaaaah (soupir de contentement). Comment je suis satisfait de constater que je ne m'étais pas trompé en mettant une si bonne note ! Oui parce qu'à force de voir tellement de membres, y compris nombre de mes éclaireurs, qui ont généralement bon goût, descendre ce film plus ou moins violemment, je commençais à me demander si je n'avais pas été un peu trop enthousiaste sur ce coup-là... Mais que nenni, je l'aime vraiment bien (et je n'en ai même pas honte) !

Bon. Alors je sais pertinemment que je ne réussirai jamais à convaincre les farouches opposants à "Danse avec les loups" qu'il s'agit d'un bon film, mais ce que je vais faire, c'est vous expliquer pourquoi moi, Dimitricycle, je l'aime bien. Moi.

Et pour changer un peu, je ne vais pas énumérer tous mes arguments en faveur du film; je vais plutôt m'opposer aux principales choses qu'on peut lui reprocher, d'après les différentes critiques que j'ai entendues.

Commençons par ce qu'il y a de plus facile à réfuter, j'ai nommé : l'argument grand n'importe quoi, qui consiste à dire que DALL c'est minable parce qu'un héros blanc y apprend la vie aux Indiens, dont on dresse par ailleurs un portrait négatif (qu'ils sont sales et que sais-je encore). Si, si, je n'invente pas (même que c'est écrit pas loin). Donc là bien sûr, on écarte hautainement de la main, vu que, si on a bien vu le même film, eh bien c'est plutôt exactement le contraire. Ce sont les Sioux qui changent la vie de John Dunbar, et s'il y en a bien qui sont décrits comme sales dans le film, ce sont les blancs, vous en conviendrez.

Passons maintenant à des critiques qui ont plus lieu d'être.
Beaucoup disent que DALL est bien trop long, et du coup chiant... C'est vrai que 3h44 c'est pas mal long. Personnellement, ça ne m'a pas gêné du tout. Au final, je trouve que le film ne souffre pas de longueurs outre mesure. Il perd un tout petit peu de son rythme vers les 2h30, mais c'est souvent le cas avec de telles durées. Et puis, moi je trouve ça sympa quand on prend bien son temps pour raconter une histoire. En plus là ça se passe sur une longue période et je trouve qu'il est plus juste de traiter de la découverte d'une culture, de types qui apprennent à se connaître, à parler une autre langue, en prenant du temps. Il y a trop de films où 'pof' le héros arrive à maîtriser une autre langue en 5-10 minutes, comme ça... Après c'est sûr que 4h ça peut exténuer, surtout s'il y a plein d'autres choses qu'on n'aime pas quant au film; je comprends, ça m'arrive souvent, même après 1h20 parfois...

La deuxième chose qui revient très souvent c'est : "c'que c'est mièvre quand même"... Bon, là on ne peut pas le nier; il y a des moments (l'histoire d'amour, certaines pensées de John...) qui débordent un peu de bons sentiments. Mais c'est pas pour ça que le film est complètement sucré. On aime ou on n'aime pas la façon dont la chose est amenée, mais DALL est un film qui porte un regard négatif sur la "Frontière", un des mythes historiques des États-Unis.
Toujours dans la même veine : on reproche souvent à DALL d'être bien noir et blanc comme il faut. Ah bon ? Les Indiens n'y sont pas dépeints comme tous mauvais ou bons. Si le portrait des Sioux est plutôt élogieux, de l'autre côté on n'omet pas de traiter de la régularité des guerres de clans, ici contre les Pawnee, et le narrateur fait plusieurs fois part de son incompréhension face à l'apparente barbarie de certains us indiens. Quant aux blancs, militaires et autres colons, l'image qui nous en est donnée a beau être très largement négative, quelques personnages sortent du lot.

Bon sinon, qu'y aurait-il d'autre ? Ah oui, il y a la voix-off, bien sûr... C'est sûr que ça peut saouler, une voix-off. Surtout que Kevin, sa voix elle n'est pas moche, hein, mais elle n'a pas non plus énormément de caractère... Mais là, la voix-off semble assez incontournable, avec le côté journal intime et tout...
Ah oui, je pense aussi que beaucoup estiment que Kevin fait son gros poseur dans DALL (et peut-être en général). Il y a certainement un peu de ça, mais bon, c'est quand même le cas d'une grande majorités d'acteurs(/réalisateurs)... Après faut voir si le type joue bien ou pas. Moi j'ai trouvé que dans DALL, Kevin était à la hauteur de la tâche. Je crois que c'est bon, il peut se permettre de sa la péter un peu... Bon, c'est vrai que si on regarde le reste de sa filmographie, on trouve des choses très moyennes (voire mauvaises, n'ayons pas peur des mots), mais pour moi DALL aura été son éclair de génie.

Bon, il me semble que j'ai fait le tour des principales choses qui sont reprochées à DALL (dites-moi si j'ai oublié des trucs). Alors je vais juste ajouter quelques points qui me semblent extrêmement positifs.

D'abord : la photographie. Parce que là quand même, si on trouve que c'est moche, c'est qu'on a mauvais goût, non ? Ajoutez à cela des images à couper le souffle. Alors c'est sûr qu'on peut venir dire que c'est facile de mettre du beau paysage pour remplir un film; encore faut-il le faire, et encore faut-il bien filmer, bien utiliser la lumière et compagnie. Et ici c'est beeaaauuu...

Ensuite : la musique. J'ai beau connaître les thèmes par cœur, tellement ils sont "simples" et utilisés à grandes doses; ça ne m'empêche pas d'exulter à chaque fois que s'ébauche l'un d'entre eux. Il en aurait mis encore plus, le John Barry, que ça ne m'aurait pas gêné...

Ensuite, je trouve que DALL c'est pour l'instant le meilleur film que j'ai vu sur les Indiens, eh oui ! Bien sûr qu'il m'en reste un paquet à voir, mais de ce que j'ai vu, il n'y a pas photo : DALL les fume tous. Déjà ce ne sont que des vrais Indiens qui jouent, pas des types peinturlurés de marron. En plus ils parlent vraiment indien (Lakota); parce que les films où les Indiens parlent tous anglais, ça va bien, hein... Et le film est au moins autant centré sur eux et leur culture que sur l'expérience de John Dunbar.

Et puis, eh bien moi j'ai trouvé que c'était une jolie petite histoire. Ça ne casse peut-être pas des briques, c'est pas un film "intelligent", c'est pas non plus particulièrement exceptionnel niveau technique, mais des fois ça fait vachement plaisir une belle histoire, quand elle est bien contée. Et je trouve que c'est le cas. Dans le genre, j'aime beaucoup l'atmosphère du film : beau, simple (parce qu'il n'y a pas de raison que ça soit compliqué), contemplatif (on aime ou on aime pas; moi là ça me plait), romantique, avec une touche d'humour (la scène "tatanka"-café-sucre est particulièrement exquise).

Un gros 8 donc, ne serait-ce que par entêtement (peu probable), parce que peut-être que c'est un peu exagéré, mais d'un autre côté, tous ceux qui mettent moins de 5, comment je trouve ça trop sévère, quoi !

PS : Ah, c'est la coupe mulet de Kevin, c'est ça ? C'est vrai que c'est chaud...

Dimitricycle
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Chronologie cinématographique et Quel logement filmique aimerais-tu habiter ?

il y a 11 ans

89 j'aime

43 commentaires

Danse avec les loups
Sergent_Pepper
8

The West Wind

Rien ne destinait Danse avec les loups au succès qu’il rencontra, et à la petite postérité dont il jouit, le rangeant du côté des classiques tardifs de la mythologie hollywoodienne. Monté dans la...

Lire la critique

il y a 2 ans

46 j'aime

11

Danse avec les loups
Jambalaya
10

Into The Wild

On croyait le western moribond, le genre ne faisant que survivre depuis un âge d’or révolu et ne proposant que des réalisations de niveau moyen comme Young Guns ou encore Silverado. Personne...

Lire la critique

il y a 8 ans

42 j'aime

12

Danse avec les loups
Eren
10

À la croisée des pas Sioux

Rares sont les films qui soulèvent en moi une certaine disposition à les accepter tels quels, sans que mes penchants égocentriques ne fassent irruption importunément. Les morceaux de ce film...

Lire la critique

il y a 7 ans

41 j'aime

Brazil
Dimitricycle
10
Brazil

"And nights bright days when dreams do show thee me" W. Shakespeare

"Brazil" est indéniablement le chef d'œuvre ultime de Terry Gilliam. C'est aussi, en ce qui me concerne, le meilleur film dystopique réalisé à ce jour. Enfin, n'y allons pas par quatre chemins, on...

Lire la critique

il y a 11 ans

227 j'aime

30

Le Bon, la Brute et le Truand
Dimitricycle
10

L'Art et Colt

'TAIN, je suis TROP satisfait d'avoir choisi cet avatar ! D'ailleurs faudrait pas que quelqu'un s'aventure à opter pour le même, sinon ça sera le CARNAGE ! Alors c'est pas pour raconter ma vie,...

Lire la critique

il y a 11 ans

127 j'aime

86

Le Dictateur
Dimitricycle
10
Le Dictateur

Peace et de rire

"Le dictateur" talonne de très près "Les temps modernes" et "La ruée vers l'or" dans mon classement Chaplin tant il est génial et tout simplement beau. Le personnage de Charlot n'est plus (tout à...

Lire la critique

il y a 11 ans

107 j'aime

5