Dark oui, mais aussi hillarant. et émouvant

Avis sur Dark Shadows

Avatar KilleurExtrem
Critique publiée par le

Tim Burton est un artiste et si ses films jusqu'à "Big fish étaient noirs, sans concession (peu en tout cas) et doté d'un humour politiquement incorrect ("Mars Attacks", "Beetlejuice") forcé que depuis, il a mis de l'eau dans son vin et a gagné le respect des producteurs en faisant des oeuvres plus abordables ("Charlie et la chocolaterie", "Alice aux pays des merveilles") seul "Sweeney Todd" renouait avec le Burton des années 80-90, mais il reste un artiste et si il ne tire plus a boulet rouge sur hollywood, il distille dans ses films son amour pour les freaks, son humour noir.

"Dark Shaddows" commence comme "Sweeney Todd", l'introduction est serieuse, violente, émouvent on retrouve la touche burtonienne de Edward, Batman returns, qui plaisait au fan de la première heure. Le film commence au XVIII siècle, Angélique servante qui aime son maître Barnabas qui en aime une autre et ne voit Angélique que comme une maîtresse, celle-ci un peu sorcière tue les parents de Barnabas et pousse sa fiancée à sauter dans le vide, Barnabas ne pouvant pas la sauver plonge à son tour et constate qu'Angélique l'a changé en vampire, elle le fait enterré vivant par les villageois et ne sera reveillé qu'en 1970, ensuite le film évolue vers un sitcome familiale qui nous montre une famille totalement desunies et qui aurait éclaté sans la présence de la mère incarnée par Michelle Pfeifer qui retrouve Burton 20 ans après leur collaboration sur "Batman returns". Barnabas est libéré et décide de redonnner à sa famille le luxe d'entant, il tombe également sous le charme de la nouvelle gouvernante des enfants qui lui rappelle son amour perdu, mais Angélique est toujours amoureuse....

Si j'ai retrouvé dans ce film le Tim Burton qui peut être drôle et émouvent entre deux scène, c'est Johny Depp qui voulait adapter cette série inconue chet nous au cinéma et Tim Burton a répondu présent, après un Alice qui a été un succès mondiale énorme, Burton retrouve un projet plus proche de lui et il fait du Burton (certains lui reproche justement de faire du "Burton" et de ne pas évoluer préférant toujours des sujets fait pour lui, le problème c'est quand il s'éloigne de son style il rate le film, "la Planète des singes est l'exemple le plus significatif).

Si le personnage d'Eva Green est travaillé, c'est l'exemple typique du personnage de "méchant" chez Burton, sa méchanceté à une orrigine et la scène finale du personnage craquelé donnant son coeur à Barnabas qui reste indifférent montre la souffrance du personnage, Dommage que les autres personnages n'ait pas été aussi bien fouillés, d'habitude Burton arrive à traiter en profondeur ses personnages qui sont rejetés par la société, ici il rate un peu son coups.

En résumé, sîl n'a pas autant de puissance qu'un Edward ou un Ed-Wood, ce "Dark Shaddows" est un film qui est cohérent avec la filmographie de son réalisateur, trop dirons certains, capable de marier la violence, l'horreur avec un humour noir dévastateur, la bataille scène d'amour avec Angélique, le quiproco Alice cooper "Cette Alice est la femme la plus laide que j'ai jamais vu" et une émotion qu'on ne retrouve que chez Tim Burton qui même si maintenant est plus coulant avec les studios, surtout Disney, n'a pas totalement vendu son âme au Diable. .

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 207 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de KilleurExtrem Dark Shadows