👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Original et plaisant , mais pas assez subtil et approfondi

Après le très étonnamment moyen "Alice au pays des merveilles" on attendait Tim Burton au tournant. Nous voici donc dans l'adaptation ciné d'un feuilleton US inédit en France. Donc déjà, impossible d'en capter toutes les subtilités.. Passons, ce détail ne nous empêchera pas de savourer ce film.
Cette histoire sonne un peu comme un "Retour vers le futur" du vampire, qui à mi-chemin aurait rencontré La famille Addams. Après une séquence de présentation assez sympathique, le film suit un temps quelques personnages secondaires, histoire de nous les présenter individuellement et de poser le décor.
On retrouve alors le Tim Burton qu'on aime avec son style si particulier, qui fait son charme. En quelques plans se succèdent en filigrane ses meilleures œuvres : "Sleepy Hollow", "Les noces funèbres", "Edward aux mains d'argent"... tout y est ! Il se laisse même aller à quelques folies dans un registre qui n'est pas sans rappeler le fameux Ed Wood (souvent qualifié de pire réalisateur de tous les temps) que Tim Burton affectionnait tant et à qui il avait dédié un film éponyme.
Mais dès l'arrivée (le retour) du protagoniste (Johnny Depp, toujours aussi excellent) Tim Burton ne braque plus sa caméra que sur lui, et on finit par oublier totalement les personnages pourtant prometteurs qu'il s'était efforcé de façonner avec amour.
Et du coup, le film reprend vite un aspect très premier degré, le récit perd de son mordant, la mise en scène pêche par manque de charisme, et seuls quelques soubresauts parviennent à nous tirer de la banalité.
On appréciera pourtant les efforts du réalisateur pour nous caresser dans le sens du poil avec des clin d’œils très pops, presque obligés dans une histoire où un "Hibernatus" se confronte à l'Amérique des 70s. Que ce soit dans la façon dont notre vampire se cache du soleil lorsqu'il sort (qui n'est pas sans rappeler le regretté Michael Jackson) à la présence d'Alice Cooper en chair et en os (et en cheveux) on a suffisamment envie d'y croire jusqu'au bout pour se laisser porter avec plaisir par cette fable au comique diabolique.
Un bon divertissement, pas assez subtil et approfondi sur la longueur pour relever le niveau, mais suffisamment original et plaisant pour faire partie des bons films du réalisateur. Pourquoi bouder son plaisir, fusse-t-il un brin coupable ?

Arnaud_Duffour
7
Écrit par

il y a 6 ans

Dark Shadows
HugoShapiro
3
Dark Shadows

Vodka Shadows

Je suis un peu malhonnête voyez vous. J'ai mis 3 a Dark Shadows sans grande conviction. Même sans aucune. Car sincèrement, je ne saurai juger 2h de film ou je n'ai passé mon temps qu'à répéter...

Lire la critique

il y a 10 ans

110 j'aime

22

Dark Shadows
Amethyste
6
Dark Shadows

Ode à un sombre prince et à son merveilleux univers hanté. [Opus 5]

Monsieur Burton, c'est avec beaucoup d'espoir mais aussi avec beaucoup d'appréhension que je suis allée voir votre dernière création. L'espoir d'un certain retour aux sources, la création d'un...

Lire la critique

il y a 10 ans

80 j'aime

24

Dark Shadows
Jackal
7
Dark Shadows

Tim Burton's 70's Show

XVIIIème siècle. Barnabas Collins est à la tête de sa famille de riches poissonniers venus d'Angleterre (fondateurs de la ville de Collinsport), il est admiré de tous et la dirige pour le mieux...

Lire la critique

il y a 10 ans

66 j'aime

14

Astérix & Obélix : Au service de sa Majesté
Arnaud_Duffour
7

Froggies en délire au pays des rosbifs

Après le ratage (et gouffre à pognon) qu'a été le passage aux Jeux Olympiques, sorte de fourre-tout mal articulé et particulièrement lourdingue, on en attendait beaucoup de cette nouvelle ligne...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Associés contre le crime...
Arnaud_Duffour
5

Un récit absurde et pataud

Après deux premiers volets plutôt sympathiques, on retrouve nos deux personnages, plus névrosés que jamais, dans une nouvelle aventure aux confins du fantastique. Avouons-le, si la réalisation reste...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Le Client
Arnaud_Duffour
8
Le Client

Critique de Le Client par MeshKat Duduff'

Je ne vais pas voir souvent ce genre de films, je connais leurs contraintes techniques, leurs intentions souvent politiques avant d'être purement créatives, et leur souci de réalisme ôtant souvent...

Lire la critique

il y a 5 ans