Pour les gens qui ont peur du noir... et des parents indignes.

Avis sur Darkness

Avatar Maeva-Wallace
Critique publiée par le

Je n'aime pas les films d'horreur, et je n'aime pas Anna Paquin (Sookie, l'insupportable). Je suis donc une mauvaise cliente dès le départ pour ce genre de came. Malgré tout, je me suis prêtée au jeu, et j'ai regardé ce film conseillé par Father_Kojak. Malgré ma bonne volonté, je n'ai pas changé d'avis, ni sur les films d'horreur, ni sur Anna Paquin.
L'histoire est classique : une famille dans une maison hantée, une légende liée à la peur du noir les poursuit, le père pète un câble, la mère aussi, les enfants payent les pots cassés (coucou Kubrick !).
Justement, c'est classique, et c'est en partie le problème. J'ai eu cette impression de déjà vu tout au long du film : c'est évident et cousu de fil blanc malgré les quelques petits retournements de situations pas trop mal fichus. J'ai trouvé l'intrigue banale, un peu brouillon à cause de toutes les références mystiques et cinématographiques parsemées par-ci, par-là. Et, finalement, on a un patchwork de ce qui ne fonctionne pas trop mal pour les ados de moins de 16 ans surexcités qui veulent pimenter leurs mercredi aprem dans les salles obscures : les gens possédés, la maison hantée, les enfants bizarres et même une touche de gore... Mais ça ne fait pas de Darkness un bon film pour autant. Alors, ok, je suis dure et ce genre de cocktail peut marcher (quand c'est bien fait), mais franchement, c'est du vu et revu ! Ou alors je ne regarde vraiment pas les bons films d'horreur...
Et je dois dire que, même si je ne suis pas une grande fan du genre, j'ai tout de même quelques points de comparaison pour savoir ce qu'est un "bon" film d'horreur. J'ai aimé Le silence des agneaux, Shining ou Les Autres - pour ne citer qu'eux - parce que c'est crédible, subtil, manipulateur, intelligent et que ça prend les tripes. Ce n'est malheureusement pas le cas de Darkness.
Résultat : j'ai trouvé le temps un peu long, j'ai sursauté de temps en temps, mais globalement, je n'ai pas été emballée par le scénario proposé par Balaguero. Pourtant, ce n'est pas trop mal réalisé : on sent la recherche et la volonté d'approcher (sans jamais l'égaler du tout) le maître Kubrick. Comme quoi, il y a de l'idée... Mais ça ne suit pas !
Puis, il y a du potentiel, tout n'est pas à jeter là-dedans : les plans sont plutôt bien pensés, il y a une ambiance intéressante, et des idées pas trop mauvaises, mais la mayonnaise n'a pas pris. Je pense que Balaguero a été meilleur pour REC, plus subtil, et plus efficace ; je n'ai pas adoré, mais j'ai su apprécier les partis pris. Il a prouvé qu'il pouvait faire un peu mieux avec un scénario plus simple, qui flatte mieux les bas instincts de notre condition humaine.
En bref, comme à chaque fois que je regarde un film d'épouvante, je suis subjuguée face au manque de subtilité des histoires. Les thèmes se suivent et se ressemblent, alors que le principe même de ces films, est de créer la surprise, de jouer sur le suspens, les peurs et l'incontrôlable...

Note à tous les inconditionnels du film qui fait peur : j'ai conscience des limites de mon répertoire sur le sujet, si vous n'êtes absolument pas d'accord avec mon avis, je serai ravie que vous me prouviez que j'ai tort avec une liste de films d'horreur génialissimes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 475 fois
7 apprécient

Autres actions de Maeva-Wallace Darkness