Les documentaristes sont-ils les meilleurs réalisateurs de fiction ? Dans son approche singulière d'un phénomène de société lui-même hors-normes, le cinéaste britannique Laurence Trush conjugue forme et fond avec exigence. Si le film date de 2008, il nous arrive en 2015 et rejoint cette année la liste des récits mis en image par des cinéastes venant ou s'inspirant du documentaire, Hope, Los hongos, Ventos de agosto.


L’hikikomori toucherait un million de jeunes Japonais s'enfermant littéralement et se coupant du monde. La première approche est stylistique. Travaillant un noir et blanc superbe, très graphique (on pense à certains mangas) et presque abstrait, Laurence Trush met en place les conditions de l'isolement d'Hiroshi. Montrant sans expliquer, dialoguant peu, la narration fait du temps de l'histoire le temps du film et de la porte de la chambre la frontière du visible/dicible et de l'invisible/indicible.


C'est simplement l'histoire d'une famille, les parents, le fils qui s'enferme, son jeune frère. Tout se passe dans la maison ou presque, au rythme du jour et de la nuit, des repas, des tentatives et des échecs. Le temps s'étire et ne se mesure plus, avançant au gré d'ellipses audacieuses. Placés du côté de la mère et du jeune fils, un peu moins du père, le spectateur ne sait pas davantage qu'eux ce qu'Hiroshi fait derrière la porte. On observe et on attend.


La dernière partie fait intervenir un thérapeute et redonne au documentariste les outils d'une approche presque pédagogique. Aucune rupture cependant, Trush maîtrisant sans faillir la progression d'un récit aux articulations subtiles. Film silencieux bordé par une superbe "non musique", préservant le mystère tout en cherchant une issue, De l'autre côté de la porte nous fait découvrir un cinéaste à suivre.

pierreAfeu
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste 2015 • Film par film

Le 2 septembre 2015

3 j'aime

De l'autre coté de la porte
pierreAfeu
7

L'art du mystère

Les documentaristes sont-ils les meilleurs réalisateurs de fiction ? Dans son approche singulière d'un phénomène de société lui-même hors-normes, le cinéaste britannique Laurence Trush conjugue forme...

il y a 7 ans

3 j'aime

De l'autre coté de la porte
LeBlogDuCinéma
8

Critique de De l'autre coté de la porte par Le Blog Du Cinéma

[...] Laurence Thrush désirait avec ce film, coller le plus possible à la réalité. Un pari réussi. Le réalisateur occidental a choisi d’écrire le scénario en s’inspirant de faits et d’expériences...

il y a 8 ans

2 j'aime

L'Inconnu du lac
pierreAfeu
9

Critique de L'Inconnu du lac par pierreAfeu

On mesure la richesse d'un film à sa manière de vivre en nous et d'y créer des résonances. D'apparence limpide, évident et simple comme la nature qui l'abrite, L'inconnu du lac se révèle beaucoup...

il y a 9 ans

50 j'aime

16

Nocturama
pierreAfeu
4
Nocturama

The bling ring

La première partie est une chorégraphie muette, un ballet de croisements et de trajectoires, d'attentes, de placements. C'est brillant, habilement construit, presque abstrait. Puis les personnages se...

il y a 6 ans

48 j'aime

7

La Crème de la crème
pierreAfeu
1

La gerbe de la gerbe

Le malaise est là dès les premières séquences. Et ce n'est pas parce que tous les personnages sont des connards. Ça, on le savait à l'avance. Des films sur des connards, on en a vus, des moyens, des...

il y a 9 ans

41 j'aime

21