👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

De l’autre côté du mur, une idée de la liberté

De l’autre côté du mur est un film sorti en 2014 de Christian Schwochow avec Jördis Triebel et Tristan Göbel dans les rôles principaux. Ce réalisateur allemand est né en 1978 en RDA. Avant de s’orienter vers une carrière cinématographique, il a travaillé comme auteur et journaliste de radio et de télévision. Il se lance ensuite dans le cinéma et reçoit son diplôme en 2007 avec son film Novemberkind qui a eu un gros succès en salle. Celui-ci parle de la vie en Allemagne pendant la guerre froide tout comme son troisième film, La Tour et De l’autre côté du mur. Ce thème, très présent dans sa filmographie, est important pour lui et l’est également pour sa mère Heide Schwochow qui a écrit la plupart des scénarios de son fils. Dans ce nouveau film elle a adapté le scénario du livre Lagerfeuer en collaboration avec l’auteure du livre Julia Franck. Cette histoire a beaucoup intéressé le réalisateur qui pense que l’arrivée et le sort des allemands de l’Est est un sujet très peu présent dans les souvenirs qu’en a la population actuelle.

Nelly et son fils Alexej vivent à Berlin-Est. Ils souhaitent bon voyage au père d’Alexej qui part en voyage d’affaire pour une semaine. Deux ans plus tard, Nelly et Alexej, qui ont obtenus l’autorisation de sortie du territoire afin de s’installer à Berlin-Ouest, se voient passer facilement les postes frontières ainsi que tous les contrôles. Arrivés à Berlin-Ouest, les autorités leur expliquent les procédures à suivre avant d’accéder à la citoyenneté allemande en RFA. Ils doivent passer des tests médicaux et des interrogatoires. Les autorités questionnent sans cesse Nelly sur les raisons qui l’ont poussée à quitter la RDA et notamment sur son défunt mari. Nelly ne comprend pas cet acharnement. Parallèlement, ils vivent dans des logements sociaux pour réfugiés de RDA, mais cette vie est très éloignée du paradis qu’ils s’imaginaient.

De l’autre côté du mur est un film dont le scénario se déroule pendant la guerre froide, pourtant nous ne voyons que très peu d’éléments propres à cette époque. Je trouve qu’il est très intéressant de se concentrer sur la vie de Nelly et de son garçon. Par exemple, le film nous montre uniquement le passage des douanes lorsque Nelly franchit le mur. En effet, elle se fait contrôler des deux côtés de la frontière mais la traversée du mur en tant que tel reste invisible pour le public. Cela rend la différence Est-Ouest moins grande puisque ce qui les sépare n’apparaît pas. De même, à aucun moment nous ne voyons d’évènements historiques comme la chute du mur. Je pense que cela renforce l’histoire que vivent Nelly et son fils. Finalement, pour Nelly, il n’y a pas de « méchante » Stasi contre les « gentils » américains puisque les deux camps sont contre sa volonté. Elle a fui l’un pour se retrouver chez l’autre et vit même dans des conditions plus misérables encore. Je pense que le réalisateur a voulu signer un film non pas sur la guerre froide, dont l’histoire est connue de tous, mais un film peu courant sur la vie que pouvait avoir les gens de l’époque. Un grand nombre de film s’intéressent aux deux aspects. Je pense par exemple à Good bye, Lenin ou La vie des autres. Celui-ci donne un renouveau dans ce genre cinématographique.

Dans ce film, le jeu des acteurs est travaillé et met en évidence l’extrême tension de la vie à cette époque. Nelly ne comprend pas pourquoi les autorités lui posent des questions indiscrètes sur la mort de son mari. Elle est venue à l’Ouest pour laisser aussi son passé derrière elle, mais elle doit sans cesse se rappeler des moments difficiles. Elle ne supportait déjà plus les interrogations de la Stasi mais elle est confrontée au même problème dans ce nouveau pays. Dans ses questions, le gouvernement laisse sous-entendre que le mari de Nelly n’est pas mort mais qu’il a changé d’identité en venant à l’Ouest. La Stasi pourrait le rechercher et se servirait de Nelly pour le retrouver. La jeune femme cherche à savoir si cela est vrai mais son imagination lui joue des tours. Elle a l’impression d’être surveillée constamment et croit voir son mari dans la rue. Le film nous montre très bien comment, poussée à bout, elle se referme sur elle-même et se méfie de tout. Elle devient paranoïaque, allant jusqu’à croire que quelqu’un c’était introduit dans sa chambre alors que son fils voulait lui faire plaisir en lui offrant un bouquet de fleurs. Jördis Triebel entre dans la peau du personnage, passant de la colère à la paranoïa, du rire à la tristesse. Elle emporte le spectateur dans ses états d’âmes par la justesse de son interprétation. Tristan Göbel quand à lui joue remarquablement bien pour son jeune âge. Son personnage est à la fois attendrissant et grave parce qu’il comprend bien les enjeux de la situation. Il sait aussi chercher du soutien auprès d’un compagnon de fortune quand il en a besoin. Par ce biais il aide sa mère à reconstruire une relation amicale.

Ce long-métrage a le mérite d’aborder la question fondamentale de la liberté. Nelly quitte l’Est pour gagner sa liberté de penser. Elle aspire à retrouver un travail à la hauteur de ses titres universitaires. En effet, suite à la disparition de son mari, elle est limogée de son poste de chercheuse. Elle est obligée de travailler dans un cimetière pour survivre. Or, en arrivant à l’Ouest, elle découvre qu’elle ne pourra pas travailler tant qu’elle n’aura pas obtenu sa citoyenneté. C’est pour elle une première grande désillusion. La deuxième est sa confrontation au harcèlement, à la suspicion, à l’irrespect, à l’humiliation de la part des agents gouvernementaux, tout comme elle a pu le vivre en Allemagne de l’Est.

De l’autre côté du mur est un film qui traite son sujet de façon différente des autres films du genre historique. Centré sur la vie intime de ses personnages, il laisse volontairement l’aspect historique en arrière-plan. L’admirable interprétation des acteurs transporte le spectateur dans cette histoire passée que le réalisateur souhaite rappeler dans le souvenir collectif. L’auteur nous amène à réfléchir sur le questionnement philosophique de la liberté.

tgodard
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 6 ans

De l'autre côté du mur
Sabri_Collignon
7

Sie ist ein Überlebender!

Le cinéma national ne cesse de questionner la fracture allemande et sa répercussion sur son Histoire moderne et,au-delà, un devoir de mémoire rétrospectif prompt à éveiller les nouvelles consciences...

Lire la critique

il y a 7 ans

8 j'aime

1

De l'autre côté du mur
ffred
5

Critique de De l'autre côté du mur par ffred

L'affiche nous prévient : ce film se démarque de La vie des autres et de Barbara. En effet, c'est nettement moins bien réussi. Une femme et son enfant fuient bien la RDA, mais cette fuite n'est pas...

Lire la critique

il y a 7 ans

4 j'aime

De l'autre côté du mur
Fêtons_le_cinéma
6

Le Mur comme reflet de sa culpabilité

De l’Autre côté du mur poursuit cette veine de désenchantement du passage à l’Ouest qui trouvait en Good Bye Lenin sa pierre angulaire ; le regard porté sur l’histoire refuse pourtant, dans le cas de...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

De l'autre côté du mur
tgodard
9

De l’autre côté du mur, une idée de la liberté

De l’autre côté du mur est un film sorti en 2014 de Christian Schwochow avec Jördis Triebel et Tristan Göbel dans les rôles principaux. Ce réalisateur allemand est né en 1978 en RDA. Avant de...

Lire la critique

il y a 6 ans

Une sacrée mamie
tgodard
10

Critique de Une sacrée mamie par tgodard

Une sacrée mamie est un manga écrit par Yoshichi Shimada adapté du roman autobiographique du même auteur. Il y raconte sa vie de petit garçon après la guerre. Le dessinateur est Saburo Ishikawa...

Lire la critique

il y a 7 ans