👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après avoir vu récemment Un prophète, je pensais trouver en Audiard un réalisateur différent de ses congénères "made in France". Quelqu'un qui ose filmer différemment, qui se base sur des sujets intéressants, qui fait des films moins plats et longuets que d'autres films français.
M'étais-je trompé ?

De rouille et d'os pourrait être dans la même catégorie qu'Intouchables. La rencontre entre une handicapée et un mec pas mal perdu.
Ali et son fils de cinq ans débarquent dans le Sud. Il se trouve un boulot tant bien que mal: videur dans une boîte de nuit. Il rencontre un soir Stéphanie, qui se bat avec un autre client. Il la ramène chez elle, lui donne son numéro (sous les yeux de son copain en personne), puis repart.
Quelques temps après, Stéphanie a un accident, un orque lui fait perdre l'usage de ses deux jambes là où elle bosse, dans un parc aquatique. Elle perd l'envie de vivre, tout lui est fade, ne veut plus parler à personne.
Au bout d'un certain moment, elle décide d'appeler, comme par hasard, Ali, le type qu'elle a rencontré à une soirée, qu'elle connaît à peine, et qui ne semble pas très malin. Mais bon, c'est à lui qu'elle veut parler.

S'ensuit alors une sorte d'histoire d'amitié qui se transformera en amour.
Les acteurs ne jouent pas trop mal, on pourrait presque y croire.

Mais une chose dérange beaucoup: la réalisation d'Audiard.
Il se plait à filmer de près les moignons de Marion Cotillard, ne cesse de nous les montrer, comme si on n'avait pas compris ce qui lui était arrivé. Car il cherche à émouvoir son public. Le pathos est poussé au maximum: des ralentis, des effets de style où l'on filme les ombres plutôt que les personnages, et j'en passe.
En plus de ça, ses personnages sont non seulement caricaturaux, mais il n'y en a pas un pour rattraper l'autre: le gamin infernal, Ali qui ne sait pas s'y prendre...
Les situations sont un peu tirées par les cheveux, la fin on n'en parlera pas.

Dommage, car le film n'est pas exempts de qualités.
Certains plans sont plutôt réussis, l'histoire aurait pu laisser présager un développement intéressant de la psychologie des personnages, ici peu exploitée.
Les musiques sont particulièrement bien choisis: on a du Bon Iver, ou encore du Lykke Li.

Une déception donc pour cette deuxième expérience dans le monde d'Audiard, qui sonne ici comme une réédition du schéma Intouchables.
ChocBonham
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films 2012

il y a 10 ans

6 j'aime

9 commentaires

De rouille et d'os
guyness
6

Il dérouille, éros

Autant dire qu’avant de m’y mettre, j’avais le cul entre deux chaises (roulantes). Sur l’étagère "à priori berk": un pitch improbable, Marion Cotillard dompteuse d’orques infirme (infirme, on est...

Lire la critique

il y a 9 ans

63 j'aime

8

De rouille et d'os
Kenshin
5

C'est moignon comme tout.

J'ai pas forcement envie d'être dur avec ce film et pourtant je crois qu'il faut tarir d'éloge à son sujet. Au sujet de son développement si étiré, avec beaucoup de redondance. On ne saurait taire...

Lire la critique

il y a 10 ans

54 j'aime

8

De rouille et d'os
Gothic
7

Audiard-bleu-la varice !

Le voilà enfin, le rôle de sa vie. Enfin, Marion Cotillard nous scie les pattes ! L'ORQUE, IDEE SAUVAGE Stéphanie est jeune et jolie (si, arrêtez avec les insultes maintenant, elle est souvent...

Lire la critique

il y a 9 ans

50 j'aime

7

Danny Balint
ChocBonham
2
Danny Balint

Only God Forgives

Sur le papier, ce film aurait franchement de quoi séduire: les oscillations d'un néo-nazi d'origine juive, adaptation à l'écran d'une histoire vraie... Cependant, le long-métrage n'a cessé de...

Lire la critique

il y a 9 ans

30 j'aime

4

There Will Be Blood
ChocBonham
10

Et l'Homme fut

Tout se déroule au début du XXe siècle, dans l'Amérique profonde. On suit Daniel Plainview, campé par le grand Daniel Day-Lewis, qui devient, au fur et à mesure du temps un homme de plus en plus...

Lire la critique

il y a 10 ans

26 j'aime

4

El Camino
ChocBonham
9
El Camino

Le chemin est tout tracé

Tout a commencé le 26 octobre 2011. Un clip est alors diffusé en ligne par les Black Keys. Gros buzz. Pourquoi ? Déjà, le fameux clip, qui met en scène un gardien de sécurité, qui pendant trois...

Lire la critique

il y a 10 ans

24 j'aime

3