Avis sur

Deadpool 2 par Christine Deschamps

Avatar Christine Deschamps
Critique publiée par le

Bon, c'est complètement con et parfaitement débile, mais tant pis, c'est bien quand même... autant dire que j'ai grand honte d'avoir cédé aux sirènes superhéroïques subversives du gars en spantex rouge qui ne peut pas tenir sa langue une seconde, malgré l'impression mitigée que m'avait laissé le premier opus. Sa transgression m'avait semblé cheap et plutôt démago. Il me faut également avouer que ça ne s'est guère amélioré dans ce 2ème volet, mais la surenchère finit par donner une impression de grosse déconnade dont l'ironie ne m'a pas laissée de marbre. J'ai gloussé. Plusieurs fois. Et ça, Camping ou Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ? n'y sont jamais arrivé. Un bon point, donc. Et le côté 'j'en ai absolument rien à foutre de rien' du héros tombe à point en cette période où tout est systématiquement grave. De toute façon, à la fin, on meurt. Enfin, sauf lui, qui aimerait bien et qui ne peut point. Son ingéniosité en matière de suicide expéditif m'a semblé assez réjouissante. De même que l'épilogue, en cours de générique, dont je ne peux rien dire mais que j'aurais pu louper en coupant plus tôt, et ça aurait été trop dommage. Bref, pour tout un tas de mauvaises raisons, je me suis réjouie ( du cassage de sucre sur le dos des racistes ou des pédophiles, même si c'est carrément fastoche... mais c'est si fastoche qu'à la fin, plus personne n'ose le faire; là, ça ose tout, c'est normal, c'est très con). Pour finir, j'ai toujours bien aimé les paradoxes temporels, qui ne gâchent rien. Bref, si vous avez passé la journée à finaliser votre thèse d'astrophysique, pourquoi ne pas accorder à votre cerveau un petit temps de latence festif et déglingue en vous tapant dans votre canap' avec une bière en compagnie d'un faux gentil aux allures de sale gosse ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 63 fois
1 apprécie

Autres actions de Christine Deschamps Deadpool 2