Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Fesse Note

Avis sur Death Note

Avatar Swzn
Critique publiée par le

C'est bien simple, à l'heure où j'écris ces lignes, je pense honnêtement n'avoir jamais vu une adaptation se torcher autant avec l'oeuvre originale mais de ma putain de vie. Alors notons bien pour l'enregistrement m'sieur le juge que je ne suis pas totalement convaincu par l'anime / manga. La première partie est très bonne, quand ça part en délire de séquestration avec la corporation maléfique c'est chiant comme un week-end pluvieux à Bugarach, et ensuite N. et Mello sont carrément ridicules. Mais force est de constater que, malgré quelques raccourcis fifous du fond du fion de la part de Kira et L, ça reste assez cohérent, bien écrit, avec de bons rebondissements. T'as vraiment l'impression d'assister à un concours de bites totalement pas crédible mais hyper divertissant entre deux types intelligents avec le Japon, voir le monde entier comme terrain de jeu.

Dans le film c'est bien simple, t'as deux mongols profonds qui se courent après dans les rues de Seattle en enculant simultanément la logique et la mère de l'auteur original du truc.

Light est ici la victime du bahut, alors que c'est censé être en type normal capable d'avoir des amis et un copine, juste plus bosseur et vif que la moyenne. Misa est une pomp-pom girl hyper dark qui fume pendant les entraînements en mode super edgy, et là tu sens tout de suite le problème.

Cette bande de sombres connards nous claquent un Death Note avec tous les stéréotypes du film d'ados cliché et insultant envers son spectateur. Déprimant.

Le Death Note tombe du ciel pendant une crise mystique de la part du sound designer et de son vuvuzela magique, occasion de constater que ce bouquin est en fait d'origine bretonne parce qu'à chaque fois qu'il y a un insert dessus il pleut comme vache qui pisse dehors. Ryuk ne tarde pas à apparaître, au moment où Light lit les règles du Note (qui sont apparemment toutes écrites à l'intérieur alors que l'intérêt principal de l'anime c'est justement qu'elles ne le sont pas ) et là c'est la fête du slibard.

Ryuk c'est censé être l'observateur passif par excellence, qui agit parce qu'il se fait manipuler de son plein gré par Kira juste par curiosité. Là le mec c'est un actif monstrueux qui débarque dans les pièces en pétaradant comme une mobylette volée un samedi soir, à grand renfort de screamers nuls qui ne manqueront pas de faire hurler Light de la manière la plus ridicule possible. Le mec pousse Light à tuer son bully du lycée en mode destination finale tout en devisant sur une règle de sept jours n'existant pas du tout dans le manga.

Alors bon pourquoi pas, ils ont donné un rôle à Willem Dafoe du coup faut bien qu'il fasse quelque chose, en plus sa voix est classieuse et même si son look oscille entre efficace et ridicule ça fonctionne, c'est fidèle, mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi s'ils l'ont voulu aussi déterminant dans l'intrigue l'ont-ils utilisé aussi peu lors du reste de la pellicule ?

On peut également trouver à redire sur les motivations de Light, qui ici veut tuer des méchants parce que sa môman elle est morte et l'auteur du crime est toujours dehors gnagnagnagnagna pathos vomitif en contradiction totale avec la vision de Kira originale, sucez-vous, ici Yagami c'est un putain de gosse de trois ans à qui l'on vient de confier une tête nucléaire et pas un mec réfléchi en pleine possession de ses moyens.

Donc Kira montre son journal intime génocidaire à Misa pour pécho grave en passant pour un mec louche, ça fonctionne parce qu'il tue un type en direct pour elle, et ça c'est beau quand même, c'est le genre de geste qui forme un couple, c'est sûr ça rapproche, et pas besoin de faire disparaître le corps en forêt, pratique.

Misa elle est chaude comme un camion à churros vu que son copain avec sa fausse couleur de cheveux peut tuer des gens sans se mouiller, bim ils baisent en tuant des gens en live, et merde peut-on être aussi éloigné du ton original ? Boarf, pas grave, renvoyez nous plus de romance adolescente svp j'ai toujours rêvé de voir une moule peroxydé peloter un croisement discount de Kirsten Stewart et Selena Gomez.

L débarque dans l'intrigue après plusieurs centaines de meurtres gores à base de talibans mangeant leurs grenades et ainsi de suite, apparemment les crises cardiaques c'était pas assez vendeur fallait frapper fort.

Parlons-en donc de notre détective préféré, qui a fait couler beaucoup d'encre puisqu'au lieu d'être blanc britannique il est noir américain. Perso je m'en tamponne totalement de son type de mélanine mais merde c'est quand même le seul enquêteur qui arrive sur les scènes de crime en limousine, par souci de discrétion. Le gars il a le même look qu'un gosse de quatorze piges se croyant dans le village ninja de Konoha, est incroyablement impulsif, émotionnel et idiot, encore un perso bien charcuté qu'ils tentent de faire passer pour intelligent en lui filant le script avant les scènes. Résultat le mec c'est pas des raccourcis qu'il prend, il commence carrément la course sur la ligne d'arrivée.

Allez, j'ai pas la foi de tout raconter alors on va relever quelques truc stupides dans la suite du bousin :

  • L qui utilise un raccourci Mario Kart pour savoir que Kira est à Seattle.
  • Le daron qui est le seul flic disposé à coffrer Kira, parce que bon, les fonctionnaires quand quelqu'un leur réduit le boulot ils sont biens contents, quitte à ce que ce mec massacre à tour de bras.
  • Light qui s'arrête de tuer parce qu'il est sous surveillance alors que dans l'anime c'est tout le contraire, il doit justement continuer pour ne pas éveiller les soupçons, mais bon ai-je déjà dit que les scénaristes étaient de bons gros connards ?
  • Le dialogue entre Light et Ryuk dans la cuisine, qui conchie l'entièreté de l'oeuvre originale en vingt secondes chrono; bravo chapeau pépito keskonsmarre PUTAIN.
  • Kira qui arrive à manipuler Watari en écrivant son prénom dans le cahier (????????) pendant 48 putain d'heures (??????), puis qui carrément lui fait changer son comportement en l'appelant au téléphone (NON MAIS ARRETEZ DE TOUT NIQUER EN QUELQUES SECONDES QUOI VOUS AVEZ PAS DE RACE), puis la règle obscure de la page brûlée totalement inventée pour préparer la fin minable de ce film pathétique.

Donc, au mépris de toutes les règles de sécurité et de son intelligence, L se rend chez Light pour l'insulter devant son daron (????), y a un bal avec la musique de Top Gun durant lequel Misa pose un ultimatum à Light pour choper le carnet, et là tout s'accélère : on a droit à la course poursuite la plus ridicule que j'ai vu depuis bien longtemps, j'avoue je me suis franchement bien fendu la poire pour le coup.

Y a L qui roule en bagnole de flic sur de la synthwave, grosse scène à base de drift by night in Seattle tmtc les bons bails à la Fast and Furious, il roule sur des arrêts de bus en hurlant comme un mongolo, par hasard il tombe sur Kira qui court dans la rue, force un barrage de police flingue en main à l'aise blaise, et là incroyable moment de liesse durant lequel la course de nos deux idiots consistera en un enchaînement de hurlements de fragiles, de renversements d'objets et figurants divers, et de passages dans les lieux les moins destinés à la vitesse (expliquez moi pourquoi L court comme un paralytique qui vient de retrouver l'usage de ses guibolles sur le comptoir du restaurant svp alors qu'il pouvait prendre la droite). Notre ami détective, guidé par le script, parvient à retrouver Kira alors qu'il a passé la moitié de la poursuite sans visuel sur sa cible, et franchement je vais pas vous spoiler la fin parce que j'ai pas la force de continuer, mais sachez juste que ça implique une grande roue, une cascade d'enculade scénaristique et un acting affreusement mauvais.

Je n'arrive absolument pas à comprendre pourquoi ils n'ont pas fait une histoire avec des personnages différents plutôt que de massacrer sciemment et consciencieusement tout ce que le manga avait construit. Autant garder le titre et je sais pas, faire un spin-off sur un autre Death note, ou une réalité parallèle où le cahier tombe justement à Seattle mais échoit à quelqu'un d'autre, parce que là niveau adaptation on a atteint les fond marins.

Mais bon, les films pour ados et les actionners débiles c'est là où se trouve le pognon hein, alors autant tout adapter selon les codes horriblement limités du genre. Ce sera quoi la suite ? Cowboy Bebop avec Kev Adams dans le rôle principal ? Akira et la fragilité intérieure ? ou Ghost in The Shell et ...

Oh.

On est foutus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1964 fois
41 apprécient · 1 n'apprécie pas

Swzn a ajouté ce film à 2 listes Death Note

Autres actions de Swzn Death Note