Il me semble que le cahier de la mort a mal fait son travail

Avis sur Death Note

Avatar LemodeMinuit
Critique publiée par le

Une adaptation de plus dans le monde du cinéma américain, un monument du manga japonais que l’on ne présente plus aujourd’hui. Je nomme ici Death Note de monsieur Adam Wingard. Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des Occidentaux à vouloir constamment adapter une œuvre qui devrait rester à jamais sur un bout de papier. Dragon Ball Evolution fut la pire adaptation américaine que j’ai pu voir de toute ma vie de cinéphile et cela est dur encore d’essayer d’oublier son existence le soir dans mon lit en tentant de trouver le sommeil. Mais il semblerait que la leçon n'est pas était retenu , mais voyons voir quand même si cette nouvelle catastrophe peut faire mieux que son petit frère.

L'aspect narratif, on suit une trame qui se rapproche brusquement de l’œuvre de Tsugumi Oba tout en adaptant une nouvelle approche et cherchant à donner du sang neuf. Vouloir prouver que l’on peut proposer du contenu inédit est le bienvenu, mais faudrait-il déjà maîtriser minimum les caractéristiques de chaque personnage qu’imagine l’auteur original. La trame scénaristique semble acceptable pendant les premières minutes et là commence le drame. Vouloir faire une approche de l’amour dans le récit est une bonne idée en soi, mais je ne retrouve à aucun moment le savoir-faire de l’antagoniste. Il se fait trop rapidement manipuler par le moindre sentiment amoureux et perd tout charisme en un instant. L’auteur semble vouloir transformer son personnage et le rendre plus humain aux yeux du public, il rend surtout le personnage ridicule et pleurnichard. Light Yagami méprise le moindre humain et domine à tout moment le récit, ici c’est le récit qui domine Light Yagami. Justement, parlons des antagonistes et des protagonistes de cette magnifique œuvre culturels que nous propose Netflix. Le charisme de chaque personnage part aux oubliettes dès les premières secondes, et le moindre mouvement ou prise de parole m’agace à chaque instant. Comment cela peut être possible de rendre les personnages qui de base semble facile à entreprendre et à développer et de nous pondre une belle équipe de bras casser. L’assurance que doit amorcer chaque acteur ne semble pas avoir été entendue. L’acteur représentant le personnage iconique de Death Note, alias L.Lawliet propose une performance ECO+ qui frôle à ras du sol la débilité. Merci d'avoir fait que le dieu de la mort obtienne un aspect respectable et même sublime à chaque passage à l’écran et le fait que l’acteur Willem Dafoe obtient le rôle de Ryuk fut la meilleure et sûrement la seule décision du studio. L’esthétique est par contre travaillée et j’admire les prises de décision pour certains lieux et structures utiliser pour les tournages. La photographie de jour comme de nuit me titille la rétine et le travail fourni par David Tattersall mérite vraiment de s’attarder dessus et de souligner les magnifiques nuances de couleurs qui permettent de rendre certaines scènes grandioses comme l’arrivée de Ryuk ou encore les scènes en extérieur de nuit. La partie musicale qui reprend ou utilise d’innombrables morceaux légendaires des années 80 et 90 apporte pour moi le seul et vrai plaisir en visionnant le long métrage et boost par moment certaines séquences qui manque de punch ou tout simplement d’une ambiance relaxante.

En conclusion, dans le fond comme dans la forme, Death Note n’arrive pas à éblouir son public et l’insulte de plusieurs manières en lui proposant un navet interplanétaire qui malgré le désastre obtient des recettes plus que convenables et le chantier d’une suite est déjà en place. Prions pour que le prochain volet remonte dans l’estime des fanatiques et limite la casse au mieux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 119 fois
4 apprécient

Autres actions de LemodeMinuit Death Note