Catastrophe à base d'or noir en plein Océan bleu, tout ça pour quelques billets verts...

Avis sur Deepwater

Avatar guitt92
Critique publiée par le

J’aime Peter Berg. En tout cas j’aime tellement ses 2 premiers films, diamétralement opposés, VERY BAD THINGS (1999) et LE ROYAUME (2007), que je lui ai même pardonné ses 2 suivants, la déception HANCOCK et l’oubliable (et oublié) BATTLESHIP, livraisons Hollywoodiennes mal digérées, qui furent des échecs commerciaux qui lui ont coûté sa place de chouchou à Hollywood. En 2013, il s’est rabattu sur un film plus modeste (en terme de budget) DU SANG ET DES LARMES qui, sans convaincre totalement, avait redonné espoir en son talent de metteur en scène d'action (sa gestion de l'espace, sa caméra à hauteur d'hommes etc). Il a donc à nouveau convaincu des producteurs de lui filer la tête d'un film à gros budget, à nouveau à propos d’une histoire vraie. Oui mais voilà ; le film arrive en France et on parle déjà d'un échec commercial aux US... Décidément Peter Berg n'est pas gâté. Surtout que cette fois cet échec est injuste

Mal vendu (la BA d’actionner de base), mal packagé (l’affiche digne d’un Michael Bay 90’s), le film se voit zappé par pas mal de monde alors que non, ce film est loin d’être un actionner standard. Il est même loin d’être un actionner d’ailleurs (d’où la déception de certains ?). Le film décrit surtout les raisons, les failles, les responsabilités, qui ont mené à la pire marée noire de l'histoire des États-unis. Plus des 2 tiers du film se concentrent sur ce sujet, faisant au passage un hommage (certes appuyé) aux techniciens, aux ouvriers, à ces cols bleus de l’industrie de l’or noir, face aux bureaucrates de l’industrie qui préfèrent réduire la sécurité pour sauver quelques dollars. Cette pression financière va faire monter la pression de gaz et créer un désastre sans précédent. L’océan de billets verts (on parle de centaines de milliard) est plus important à protéger que notre Océan bleu, et tant pis si on le noircit et que des ouvriers meurent ; car oui en 2015 les directeurs de BP ont été finalement disculpés des accusations pourtant évidentes… Le film, dans sa majeure partie, dépeint donc les rouages avant l’accident. La tension monte au fur et à mesure que la pression monte dans les vannes. Et quand ça pète, ça ne rigole pas. Les 20 dernières minutes sont aussi explosives que palpitantes, même quand le film cède à quelques facilités héroïques. Une vision de l’enfer sur Terre car c’est finalement le propre de l’Homme ; se créer son propre enfer, sa propre perte, pour de tristes intérêts financiers.

Certes Peter Berg livre ici un blockbuster calibré (avec ses codes, passables, de la Famille, les valeurs de la Patrie etc), avec une scène finale sublime, qui vous fera goûter ce à quoi peut ressembler la fin du Monde ; mais le film s’avère avant tout un film social. Il décortique les métiers de l’ombre de l’industrie du pétrole et pointe du doigt les dérives de notre système qui privilégie les dividendes des actionnaires à la sécurité de ceux qui travaillent. Aussi explosif en terme d’action que socialement

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 412 fois
1 apprécie

Autres actions de guitt92 Deepwater