La sensation de Déjà Vu...

Avis sur Déjà Vu

Avatar juinin
Critique publiée par le

... en même temps c'est la troisième fois que je le regarde ! LOL !

Non plus sérieusement, pour commencer le titre "Déjà Vu" fait, je pense, référence au phénomène de déjà-vu que l'on a tous parfois. Par exemple quand tu croises quelqu'un que tu ne connais pas dans la rue mais qu'il te dit en apparence quelque chose. Genre comme si c'était un pote à toi d'il y a longtemps. Peut-être dans une vie antérieur ? Qui sait ?!

Bref ici il s'agit du même phénomène mais il est matérialisé par cette nouvelle invention créée accidentellement permettant de visualiser notre monde avec un recul précis à la nanoseconde près, ni plus ni moins, 4 heures auparavant. A partir de ce moment précis, nous sommes mesdames et messieurs, devant un film de science-fiction !

Bon alors ce qui m'intéresse moi c'est l'espace temps. L'équipe d'ingénieurs utilisant la machine à remonter dans le temps servent de mentor pour Doug. Ainsi en même temps ils nous apprennent comment fonctionne l'appareil s'appelant "Snow White". Eh bien comme Doug, on a rien billé (heuu j'crois qu'il faut remplacer les "l" par des "t") de l'explication de ces savants avec leurs langages technico-ingénieurien... mais c'est pas grave, on analyse ce qui se passe sous nos yeux et on apprend sur le tas... tout comme Doug.
Premièrement, on va s'avouer que la justification concernant la possibilité de visualiser l'environnement dans tous les angles possibles ainsi que la captation sonore ce grâce à 4 satellites est assez minimaliste. Deuxièmement...

...rien. C'est stressant quand il n'y a rien après un adverbe de ce type.

Troisièmement, vint l'idée à Doug de passer un laser sur l'écran géant où est affiché le rendu de la triangulation. Un événement se produit alors dans le passé. A l'écran donc. Peut-être n'est-ce pas un simple écran mais il aurait fallu le justifier tout de même car l'idée de faire aller un laser sur un écran ne me traverserait même pas l'esprit tant elle semble ridicule et futile. Cela dit l'écran représente parfaitement la symbolique ligne frontière entre les deux espaces-temps et Doug a l'air d'être de la vieille école, on l'imagine pas forcément doué en technologie bien qu'il trouve les boutons ON/OFF. C'est déjà ça !

Par la suite, un peu en même temps que le personnage, nous nous rendons compte à un moment donné du récit que nous sommes coincés entre les dents d'un engrenage d'espace temps. Avec comme message déclencheur : "U can save her".
Etant plutôt en désaccord avec les arguments des critiques négatives, je dois avouer que sur le point des facilités scénaristiques, nous sommes arrivés à cet endroit du récit, dans la plus contraignante. Avant ça il s'agissait plutôt de points de détails. Ici, Doug, fraîchement arrivé du "présent", sait d'où il vient. Mais il fait un détour chez Claire Kuchever et écrit même "U can save her" sur le réfrigérateur... C'est seulement arrivé dans la salle de bain qu'il se rend compte que rien n'a changé ?
Alors j'ai osé imaginer une hypothèse qui est en même temps une sorte d'auto-explication.
En effet je pense qu'avant le dénouement, Doug ne parvient pas à sauver le Ferry car automatiquement, son destin le mène à répéter les mêmes erreurs. Il agit toujours de la même manière en boucle. La preuve en est que dans notre présent à nous spectateur soit l'un des espaces-temps de Doug, il y a déjà partout les empreintes de l'agent dans la maison de Claire. Il y est donc déjà passé ! Si il y est déjà passé c'est qu'il a déjà fait le voyage temporel. D'où sa réplique : "Peut-être que c'est déjà fait" lorsque l'ingénieur lui dit qu'il n'est pas obligé de faire ce voyage spatio-temporel. Mais alors si il a déjà été présent dans ce même espace-temps c'est qu'il a déjà interagit avec Claire. Sauf qu'il en est sans doute mort... . En fait je pense qu'il meurt à chaque fois. Attention, puisque Doug continue d'exister dans ce même espace-temps, lorsqu'il se "téléporte" il y a alors en théorie 2 Doug ! Celui qui vit sa vie normalement et l'autre qui vient d'un futur de 4 jours. Et comme ils expliquent dans le film, un gros événement pourrait en quelques sortes ouvrir une nouvelle branche au temps. Un nouvel espace-temps. Je pense alors qu'il y a une multitude d'espaces-temps parallèles qui se sont créés à chaque fois qu'ils modifient une action dans le temps passé. On aurait donc un espace-temps où le ferry explose et où Doug1 se téléporte; un espace-temps où Doug1 a fait en sorte de sauver Claire et le ferry mais n'a pas réussi et en est mort; un autre où il s'est passé la même chose.... et enfin un dernier espace-temps où Doug3 a réussi à sauver Claire et le Ferry mais où il est encore... mort.
On a alors à la toute fin le Doug4, vivant dans ce même espace-temps, qui rencontre Claire la seule témoin des deux existences des deux Doug. Et où Doug a à priori le phénomène de déjà-vu puisqu'ils se sourient mutuellement.

Tout ça semble bien trop compliqué...

C'est ce que j'aurai à reprocher au film. Bill Marsilii le scénariste et/ou Tony Scott le réalisateur semblent vouloir expliquer l'univers dans lequel plonge les spectateurs. Expliquer le Snow White, expliquer comment il fonctionne etc.. Mais ils nous laisse sans explications vers la fin où tout semble trop abstrait.
Si ma théorie est bonne, il aurait fallu rajouter des petits indices au début. Par exemple une scène où Doug arrive sur les lieux et croise un cadavre lui ressemblant mais qui est méconnaissable à cause de l'explosion. Ils se serraient croisés, Doug vivant regardant passer Doug mort porté par deux hommes. En cherchant on peut trouver nettement mieux mais ici on aurait déjà une sensation de boucle. Avec les Doug qui se croisent.

Pour parler du reste, j'aime beaucoup la réalisation avec les ralentis, la lumière est à tomber ! Par contre je suis moins fan du montage et de la composition. J'adore les plans léchés et les tremblements dans des situations de pause me sortent du film.
Les acteurs sont excellents dans leurs rôles.
Et enfin, la bande-son d'Harry Gregson-Williams j'en suis fan ! Je l'écoute tout le temps !

Ma note réelle serait de 7/10
mais comme ce film est un coup de cœur je le met à 8/10.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 36 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de juinin Déjà Vu