Le Train, c'est Stressant...

Avis sur Dernier train pour Busan

Avatar Florent-L
Critique publiée par le

Après avoir aperçu les appréciations de mes ami(e)s Senscritiquiens, je me suis dit qu'il était enfin grand temps que je m'attaque moi aussi à Dernier Train pour Busan, par ailleurs ma première expérience sud-coréenne en matière de cinématographie...
Bien, je savais à peu près à quoi m'attendre : un film de zombies, qui joue davantage sur l'angoisse et le développement de ses personnages, plus que le gore et l'horrifique. Ce qui n'était pas, de base, pour me déplaire. Malheureusement, beaucoup d'attente pour pas mal de déception.

Commençons par le positif : les effets spéciaux. Dans le sens où les zombies, mine de rien, possèdent une apparence à la fois sinistre et humaine. Ils ont... du "style".
Aussi, on peut apprécier le fait que les personnages connaissent plus ou moins du développement, alors qu'ils apparaissent comme "cliché" quand on les rencontre. Une vraie évolution pour des protagonistes, dans un film de zombies, ce n'est pas si mal. De même, si le père et la fille (véritable duo mis en avant de ce film) peuvent se montrés "téléphonés" dans leur relation ou dans leur comportement (fameux syndrome du père qui aime sa fille mais ne sait pas s'en occuper comme il le voudrait), je n'ai pu que m'attacher à eux, notant la complexité qu'ils acquièrent au fur et à me sure du visionnage.
Enfin, c'est traditionnel, mais toujours autant captivant : les "zombies" apparaissent comme la première menace, puis ce sont les humains eux-même qui commencent à démontrer leurs plus bas instincts. "L'Homme est un Loup pour l'Homme", toussa toussa.

Cependant, j'ai eu grand mal à me placer sentimentalement dans cette œuvre : à plusieurs moments, je me suis demandé si je devais rire, ou pleurer. Certaines scènes, appuyées par une musique pseudo-dramatique, et des jeux d'acteur forcés, se révèlent être plus comiques (semblables à des parodies du genre) qu'émouvantes - il n'y en a véritablement qu'une qui m'a énormément plu, c'est celle dans laquelle nos survivants se retrouvent coincés entre d'un côté les morts-vivants, et de l'autre les humains qui ne veulent pas les laisser passer -. De plus, il y a certains fameux détails qui laissent pantois : les zombies qui ne savent pas casser de pauvres vitres, un personnage qui se fait mordre la main mais qui garde par magie toutes ses facultés pendant 5 minutes (alors qu’auparavant, tous les mordus se transformaient systématiquement), notre petite héroïne qui est ÉVIDEMMENT la seule enfant du train (on ne tue pas les gosses ! ), ou le train qui semble faire 15 kilomètres tellement les personnages passent de wagon en wagon (j'aimerais beaucoup les même TER pour me rendre en cours, merci d'avance ! ).
La scène finale est cheap aussi. Très cheap (mais ce parce que je possède un cœur dur comme la pierre certainement ~ ).

Tant d’éléments qui descendent l'intérêt scénaristique du film ; mais finalement pas le plaisir. Car si l'histoire et l'ambiance oppressante m'ont manqué, j'ai pu compensé ces absences par de franches rigolades...!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 362 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Florent-L Dernier train pour Busan