Dernier train-train pour Busan

Avis sur Dernier train pour Busan

Avatar Oudouard
Critique publiée par le

S'il n'y avait pas eu tout ce battage autour de ce film, je l'aurais probablement recommandé autour de moi en lui pardonnant ses maladresses et en vantant son énergie et ses quelques bonnes idées MAIS force est de constater que ce film n'a pas besoin de bouche à oreille puisque non seulement il s'est retrouvé à Cannes (hors compétition heureusement!) mais il bénéficie également de critiques dithyrambiques de la presse mais aussi des spectateurs.

Et là c'est l'incompréhension la plus totale pour moi!

Pour résumer très brièvement, ce film n'est ni plus ni moins qu'une petite série B de zombies (ou d'infectés si vous êtes pointilleux) lambda. Une parmi des centaines aujourd'hui!
Alors certes, elle n'est pas dénuée de qualités, bien au contraire. Le film est très bien rythmé, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. La réa et le découpage de l'action sont très lisibles, ce qui est suffisamment rare pour être souligné, surtout dans un lieu aussi particulier qu'un train. Mais clairement, le film souffre de la comparaison avec Snowpiercer (également réalisé par un coréen, Bong Joon-ho), qui était bien plus bluffant, et ce à tous les niveaux. Il en reprend d'ailleurs le principe à un moment lorsque les personnages doivent traverser plusieurs wagons infestés d'infectés.
Si ce passage, le plus jubilatoire du film, offre son lot de bonnes idées (les tunnels, le portable...), j'étais cependant assez déçu de voir que le concept de base était souvent abandonné au cours du film pour quelques sorties peu inspirées hors du train.

Mais là où le bat blesse vraiment pour moi, c'est dans la lourdeur de l'écriture et de la mise en scène. Il y'a d'ailleurs un passage vers le début du film qui résume cela, c'est lorsque le personnage principal offre une Wii à sa fille sur les conseils d'un collègue. Sa fille lève la tête vers la télé, une Wii est déjà posée juste à côté. C'est une bonne idée pour poser très simplement le rapport entre le père et sa fille... sauf que pour bien être sûr que les spectateurs comprennent, la fille a gentiment laissé la boîte de sa première Wii contre le mur près de la télé pour bien faire le lien avec la boîte que vient de lui offrir son papa. Et si jamais vous n'aviez toujours pas compris, sa fille lui dit qu'il lui avait déjà offert le même cadeau... Voilà ce qui s'appelle prendre le public pour des idiots.

Les personnages sont tous des archétypes, ce qui en soi n'est pas nécessairement un problème (ma préférence va au gros dur au coeur tendre et sosie coréen de Russell Crowe!), mais aucun n'est amené à vraiment se révéler de manière originale face à la menace. La palme de la lourdeur allant au grand patron qui se révèle (c'est étonnant) un gros lâche qui n'hésite pas à balancer de pauvres innocents sur les zombies pour s'en sortir. Il le fait 3 fois dans le dernier quart d'heure!!! On a connu critique sociale plus acerbe et plus subtile. Je cherche d'ailleurs encore le fond social que certains ont mis en avant comme s'il s'agissait d'un Romero. Là encore, le film fait pâle figure par rapport à la fable puissante qu'était Snowpiercer. Le film n'exploite même pas la notion de classes, ce qui était pourtant du pain béni dans ce décor!

Un mot aussi sur les scènes d'émotions. Là où le jeu des comédiens était largement suffisant (ils sont tous globalement bons, à part le fameux patron donc), la réa use et abuse d'effets et de musiques tire-larmes annihilant pour ma part toute implication émotionnelle.

Bref, vous l'aurez compris, je ne trouve vraiment pas que Yeon Sang-ho soit un réalisateur prometteur ou à suivre. Il fait preuve ici de qualités certes non négligeables mais son film accumule trop de tares et de facilités pour crier au génie.

PS: Et puis bon, je veux bien que le budget soit serré, mais du faux sang réaliste, ça doit pas être ce qui coûte le plus cher non? Parce que là, j'ai eu l'impression que le héros avait sa chemise tachée de rosé pendant tout le film!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 223 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Oudouard Dernier train pour Busan