Dernière Séance ? La première était était déjà de trop.

Avis sur Dernière séance

Avatar Lucas Hueber
Critique publiée par le

J'ai survécu ! J'ai survécu mon Dieu ! Et pourtant je n'y croyais pas. Cette critique est un spoil qui risque de vous sauver la vie si vous avez envie de regarder ce film.

D'une longueur abominable, pourtant, il ne dure qu'1h17. Ce film est une métaphore du cinéma de quartier qui ferme, tout simplement : cinéma qui meurt = mort du gérant. Voilà voilà. Sinon, considérer ce film comme un slasher, c'est juste vomir sur le genre. Parce que ça, un slasher ? Désolé, mais non, parce que, comme le dit Lazbean, il manque la tension. Là, c'est d'un plat monumental, c'est prévu d'avance qu'il va mourir empalé sur son couteau et que ça sera de la faute de Manon, interprétée par Charlotte Van Kemmel (qui d'ailleurs, ne joue pas trop mal, on peut laisser ça au film).

Sylvain, interprété par Pascal Cervo, gérant d'un petit cinéma de quartier voit son gagne-pain fermer. Il habite au sous-sol de la salle (en fait, on ne sait pas vraiment, parce qu'on voit pas où il vit). Sylvain, 31 ans, physique banal, a pourtant un passe-temps assez malsain : tuer des femmes (notamment cet horrible premier plan-séquence d'une minute trente sur la majorette et son bâton, c'est pas regardable) et leur découper l'oreille gauche. En dehors du fait que ça vient de sa mère (qui a voulu, pendant une semaine, avant un casting que son fils arrache la boucle d'oreille qu'elle portait. Je sais pas bien pourquoi, en fait), on n'en saura pas plus. Ou si, il les accole au portrait de sa mère, qui s'est suicidée. Choqué, Sylvain croit que c'est de sa faute, alors il se venge sur les femmes. Mais Sylvain est aussi un brin fétichiste : c'est pour ça qu'il enroule l'oreille de la majorette dans une serviette et se frotte avec. Je pense qu'il n'a pas eu le temps de résoudre son Oedipe et que, du coup, il pense que toutes les femmes symbolisent sa mère. Ou un truc dans le genre.

En plus de mettre mal à l'aise par de longs plans étranges où il ne se passe rien, Laurent Achard réussi là où la plupart des réalisateurs avaient échoué : mettre mal à l'aise avec des plans étranges là où il se passe quelque chose (genre les meurtres, qui ne sont jamais filmé, la bienséance française oblige). Et c'est dommage. Parce que le film repose sur une petite dizaine de meurtres, en fait. Et quand on voit rien, bah voilà... Vous vous souvenez de vos 14 ans, avec votre passoire devant Canal+ le samedi soir pour essayer de décrypter ce foutu film X (j'étais trop jeune, voire pas né pour faire ça, mais bon). Eh bien là, c'est pareil. On est là, en essayant de savoir ce qu'il se passe pendant qu'il tue les nanas, mais non, on peut pas savoir.

Et je me suis dit qu'avec le personnage de Charlotte Van Kemmel, on allait avoir quelque chose. Eh bien non. Rôle de second plan, limite moins important que la mère de Sylvain, c'est dire. Le truc gênant, avec les personnages de ce film, c'est qu'on a l'impression qu'ils ne sont pas à leur place : le personnage de Sylvain est quasiment muet tout le long du film, les rares fois où il parle, c'est tellement chiant que j'avais envie de pleurer.

Oui, je tire à vue et je pense que j'aurais tort de me gêner. C'est tellement mauvais, du scénar au jeu d'acteur (qui est franchement vide, accordons-nous sur ce point-là) en passant par la réalisation qui montre rien mais essaye de nous faire comprendre, un peu, ce qui se passe et pourquoi on en est là en jouant sur les trois flashs-backs assez pauvres (même le suicide est raté).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 273 fois
1 apprécie

Lucas Hueber a ajouté ce film à 1 liste Dernière séance

Autres actions de Lucas Hueber Dernière séance