👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'ai regardé ce "documentaire" avec l'idée qu'on allait apprendre quelque chose sur la façon dont les données sont traitées, pourquoi et par qui. Mais à vrai dire, rien de tout ça. Non à la place, on a le loisir de suivre deux fictions : 1/ la vie complètement fantasmée d'une pseudo-famille américaine caricaturale au possible ; et 2/ le monde imaginaire d'une IA qui discute avec elle même et manipule un pauvre ado en manque de repères. Il y a aussi 3/ des interviews façon naturel très mal joués de personnes importantes et haut placées dans le milieu des réseaux sociaux, qui ont tout intérêt à défendre leurs positions. Hmmm, je me demande ce qui va se passer, sûrement ces gens sont des lanceurs d'alertes et vont agir pour le bien commun. Réponse :

non


Ce documentaire est alarmiste, mais il n'alarme pas sur l'essentiel. J'y ai crû, les occasions ne manquaient pas pourtant. Quel est le problème majeur à la source d'une surveillance de masse dans le but de faire du frique ? Le mot est laché : le capitalisme de surveillance. Attention, pas le capitalisme tout court, pas celui qui fait bosser des malgaches pour 5 centimes de la journée en échange de cliques et de classifications d'images et d'humeurs pour améliorer les IA de Facebook, Twitter, Snapshat et autres réseaux sociaux. Pas non plus celui qui favorise insidieusement les idées fascistes parce que le taux d'engagement, bon ou mauvais, est meilleur et que ça rapport davantage. Non, on parle ici de capitalisme de surveillance. Le reste c'est bon, tout va bien. Il faut simplement lutter contre "L'ExtrÊmE CenTRe", vous savez, ce mouvement politique "fictif" qui utilise le poing levé comme symbole, qui appelle à déserter les urnes et qui déstabilise nos belles démocraties ("toutes ressemblance avec un mouvement d'extrême gauche anticapitaliste comme BLM par exemple est fortuite évidemment – surtout en cette période" ← ceci est ironique).

Ce documentaire est une propagande pro-capitaliste, qui fait croire que le problème vient des utilisateurs, des utilisatrices, de la Russie ou de pas-de-chance. En laissant parler les personnes à l'origine des réseaux sociaux, ce documentaire leur donne une heure et demie pour se dédouaner sous couvert de "On n'avait vraiment aucune idée de ce qui allait se passer" ou alors "Vraiment ça nous a échappé des mains". Bah en fait, si. On savait. On le sait depuis le début que le capitalisme préfère toujours le fascisme au communisme. On le sait depuis le début qu'à choisir entre une personne vivante qui ne rapporte pas d'argent et une personne morte qui rapporte, le capitalisme choisisera toujours la deuxième option. Ce mythe du réseau social devenu "hors de contrôle", avec une intelligence artificielle vraimement intelligente qui nous manipule, ne sert que les personnes à la tête de ces réseaux sociaux. Ceux là mêmes que ce documentaire interview, qui se font un paquet de frique sur votre dos et qui ont tout intérêt à ce qu'on ne remette pas en question les fondements de nos sociétés exploitant les individus, leur vie et leur intégrité au profit du capital.

Quand je souhaite montrer en quoi l'esclavagisme est une mauvaise chose, je donne la parole aux concerné-es, pas aux esclavagistes.

slagt
2
Écrit par

il y a plus d’un an

2 j'aime

Derrière nos écrans de fumée
Fêtons_le_cinéma
4

D’un algorithme à l’autre

The Social Dilemma est pris d’une manie d’autant plus dommageable qu’elle répète et applique ce qu’elle prétend dénoncer : soit le formatage de la pensée par une série de poses et d’attitudes qui...

Lire la critique

il y a plus d’un an

34 j'aime

3

Derrière nos écrans de fumée
Heurt
4

Le vilain ternet

A ses débuts internet était une chose géniale qui on l’espérait allait pouvoir faire évoluer la société, au lieu de cela le net a ouvert la boîte de pendor. Un parcours qu'a également connu la télé,...

Lire la critique

il y a plus d’un an

11 j'aime

3

Derrière nos écrans de fumée
GuillaumeL666
5

Je ne like pas

Je ne sais pas comment ils ont fait pour gérer leur communication, mais ce documentaire était bien mis en avant sur Netflix, les critiques semblaient bonnes, je me suis dit "Chouette, je vais...

Lire la critique

il y a plus d’un an

8 j'aime

Avatar
slagt
4
Avatar

Critique de Avatar par slagt

Je regarde ce film pour la première fois en 2019. 10 ans après sa sortie. J'ai la chance de pouvoir le voir en 3D, ce qui ajoute quelques bons points. Commençons par les bons points, justement. Le...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

1