👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Sélection officielle du dernier Festival de Cannes, Des Hommes sans loi nous mettait l'eau à la bouche, proposant un savoureux mélange de western et de films de gangster. Hélas, cette histoire de frangins experts dans la contrebande d'alcool ne nous enivre pas d'un pouce.
1931, l'Amérique est en pleine prohibition. Une occasion en or pour les frères Bondurant de faire des affaires en vendant leurs gnôles made in Virginie... Jusqu'à ce que l'agent Rakes se place en travers de leur chemin.

Critique rondement menée pour un film qui brasse beaucoup de vide. Basé sur l'œuvre de Matt Bondurant, Des Hommes sans loi avait pour mission de transporter le spectateur dans cette campagne américaine des années 30 où violence et alcool règnent en maître, et lui prodiguer, à la fin de la bobine, un K.O. technique. Il est vrai que l'on sort de la séance assommé, mais dans le mauvais sens du terme. La faute à un scénario creux qui empile les clichés et effleure à peine ses thèmes abordés (la virilité, l'amour fraternel...), limitant grandement notre intérêt face aux situations proposées. Quant au vilain de l'histoire, il ne parvient pas à retenir le peu d'attention subsistant. Interprété par un Guy Pearce méritant, l'agent Rakes est d'un ridicule sans nom. Coquet, déjanté et cruel, ce méchant aurait facilement trouvé sa place dans un album de Lucky Luke. La mise en scène, elle, est trop classique pour fasciner.

Dommage car le jeu d'acteur atteint des sommets, Tom Hardy en tête. On peut toutefois regretter la sous utilisation de l'immense Gary Oldman en mafieux sanguin ou de la délicieuse Jessica Chastain en femme forte et fragile à la fois.

Creux dans le fond comme dans la forme, Des Hommes sans loi a le même goût que ces bouteilles de contrebande concocter par les Bondura nts : fort en bouche mais insipide.
claudie_faucand
4
Écrit par

il y a 9 ans

11 j'aime

Des hommes sans loi
Crocodile
5

Critique de Des hommes sans loi par Crocodile

Lawless : Des Hommes Sans Loi est un film qui m'a carrément laissé sur ma faim. Le film nous invite à plonger dans l'univers de l'Amérique profonde des années 20-30, de la prohibition. Intéressant...

Lire la critique

il y a 9 ans

38 j'aime

2

Des hommes sans loi
Before-Sunrise
8

Band of Brothers

Lawless est typiquement le genre de films que ne me tentait pas vraiment. L’affiche, clichée à souhait, ne m’inspirait pas et Shia au générique non plus. Il a fallu (radine que je suis) qu’il y ait...

Lire la critique

il y a 9 ans

37 j'aime

12

Des hommes sans loi
Sergent_Pepper
7

(I can’t get no) Prohibition.

L’alliance John Hillcoat / Nick Cave avait si bien fonctionné sur The Proposition qu’elle se reforme ici, délocalisant le western dans la période de la prohibition, s’attachant aux producteurs...

Lire la critique

il y a 6 ans

33 j'aime

2

Rock'n'Love
claudie_faucand
8
Rock'n'Love

Rock' n' Love : Ils ont refusé, mourir d'amour enchaînés

Le pari de David Mackenzie était complètement fou : réaliser un film en plein festival rock, et faire coïncider la durée du tournage avec celle du festival, soit seulement quatre jours et demi. Pari...

Lire la critique

il y a 10 ans

14 j'aime

Prometheus
claudie_faucand
8
Prometheus

Et j'ai crié Alien pour qu'il revienne

Nombreux sont les fans de la saga qui ont crié Alien pour qu'il revienne. Enfin entendus, il est de retour mais de manière indirecte dans Prometheus. Constitué de tenants et d'une mythologie propres,...

Lire la critique

il y a 10 ans

13 j'aime

7

Des hommes sans loi
claudie_faucand
4

Un film frelaté

Sélection officielle du dernier Festival de Cannes, Des Hommes sans loi nous mettait l'eau à la bouche, proposant un savoureux mélange de western et de films de gangster. Hélas, cette histoire de...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime