Il était une fois sur le fleuve Han

Avis sur Des nouilles aux haricots noirs

Avatar Oxalide
Critique publiée par le

Si le fleuve Han a remplacé le Pacifique et un épouvantail surmonté d'une boite de conserve le ballon-confident du film "Seul au monde", c'est bien l'histoire d'un naufrage à la Robinson Crusoé que le réalisateur et scénariste sud-coréen, Lee Hae-jun, nous propose dans "Des nouilles aux haricots noirs" également connu sous son titre international "Castaway on the Moon".

Sauf que là, ce n'est pas un océan qui sépare Monsieur Kim du reste du monde mais sa peur intrinsèque de l'eau qui ne lui a jamais permis d'apprendre à nager. Tout comme de l'autre côté de la rive, c'est sa peur du regard de l'autre qui isole Mademoiselle Kim et la tient recluse dans sa chambre.

Entre allégorie et satire sociale, fable philosophique et conte initiatique, c'est avec beaucoup d'humour et de poésie que le cinéaste aborde des thèmes comme la solitude voulue ou imposée, la prise de risque individuelle, l'acceptation ou le dépassement de soi, le pouvoir de la rencontre amoureuse ou encore la fragilité de l'homme face aux éléments qui le dépassent.

Et si l'histoire semble simplement couler d'elle-même c'est parce qu'elle est résultat d'une maîtrise aboutie dans l'art de la mise en scène et celui du maniement de la caméra.

En trois mots, j'ai passé un si bon moment en compagnie de Jae-yeong Jeong et de Jung Ryeo-won qui, en plus, sont si beaux, sur cette petite île déserte en plein milieu de Séoul que j'aurais bien aimé y rester avec eux un peu plus longtemps encore.

A voir et même à revoir encore.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 80 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Oxalide Des nouilles aux haricots noirs