“Le prisonnier”

Avis sur Désigné coupable

Avatar CineFiliK
Critique publiée par le

En novembre 2001, deux mois après le 11 septembre, le Mauritanien Mohamedou Ould Sahi est arrêté en son pays lors d’un mariage. Quatre ans plus tard, l’avocate Nancy Hollander découvre qu’il est depuis emprisonné à Guantánamo et souhaite défendre son cas.

Il y a le ciel, le soleil et la mer à Cuba. Mais aussi ce camp de détention états-unien dans lequel on enferme des présumés coupables sans l’ombre d’un procès. Terroriste malgré lui ou victime expiatoire, Mohamedou y restera quatorze ans.

Le réalisateur Kevin Macdonald s’empare de cette histoire vraie pour illustrer les limites de la démocratie américaine. Avec l’aide de comédiens investis – Jodie Foster et Tahar Rahim en tête –, il préfère se concentrer sur l’approche du dossier et les questions morales qu’il impose, plutôt que de se claquemurer deux heures dans un tribunal. Seul résistera le témoignage à distance de l’accusé.

Le film alterne alors, de manière plutôt mécanique, les scènes de cellule, parloir et la prise en compte des milliers de feuillets classés « secret-défense ». Il prend de l’ampleur quand l’avocate et le procureur chargé de faire condamner le prisonnier découvrent effarés, dans un montage parallèle intense, les tortures infligées. Rétrécie en 4:3, l’image marque entre autres l’asphyxie censée amener aux aveux.

La fière Amérique et ses présidents successifs n’en sortent guère grandis. Mais trois personnages idéalistes, marqués par la résilience, la soif de justice ou les valeurs chrétiennes, lui permettent de garder espoir.

(6.5/10)
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 27 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de CineFiliK Désigné coupable