La cruauté à l'état brut

Avis sur Después de Lucía

Avatar Eowyn Cwper
Critique publiée par le

Spoilers.

J'ai failli m'abstenir de faire un commentaire sur ce film : l'histoire du harcèlement scolaire a déjà été vue bien des fois, bien qu'elle soit hélas encore importante à représenter au cinéma. Mais ce qui est impressionnant dans l'œuvre de Franco, c'est la cruauté avec laquelle il associe les traumas entre eux jusqu'à séparer complètement son film de toute réalité émotionnelle. De la perte d'une épouse et mère jusqu'au harcèlement et au viol de la fille qu'elle laisse derrière elle, les choix de narration sont si durs et sans contrepoids qu'ils provoquent une dissociation de ce qui se passe sous nos yeux, jusqu'à la résignation et l'indifférence face à la destruction de l'innocence, de la pureté, de toute forme de joie de vivre.

C'est cette dissociation, peu à peu, qui devient le signe que des films comme Después de Lucía sont nécessaires, même s'ils sont impitoyables et répétitifs. Car si la honte et la douleur peuvent causer le silence d'une victime jusqu'à ce qu'un père se fasse justice par un meurtre de sang-froid qui passe quasiment pour banalisé, c'est que d'autres que lui doivent pouvoir garder la raison devant l'horreur – d'autres que lui doivent prendre sur eux de combattre l'indifférence.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 37 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Eowyn Cwper Después de Lucía