Potache

Avis sur Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ

Avatar Minostel
Critique publiée par le

Tout, jusqu'à son titre, rappelle combien "Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ" est ancré dans le début des années 80. On oscille entre les gags absurdes, l'humour franchouillard, l'anachronisme à deux sesterces et les jeux de mots consternants. Le film ploie sous la référence à la vie de Brian, mais Jean Yann ne joue pas sur le même registre que les Monty Python. Pour faire court, la subtilité a disparu.

On a donc affaire à Ben-Hur Marcel (Coluche), garagiste de son état, qui se retrouve emberlificoté dans un faux projet d'attentat contre Jules César (Michel Serrault en pleine période post "cage aux folles"). Tout ce que le cinéma français compte d'acteurs comiques en 1982 est présent dans le casting, bande du splendid exceptée.
Au bout d'une heure trente, force est de reconnaitre une vraie constance dans le n'importe quoi, qu'il s'agisse des télés, des discothèques, des publicités, et plus globalement, des décors en carton-pâte et des costumes à paillettes assumés.

Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ est très loin du chef-d’œuvre, mais en fonction de votre bienveillance, vous pouvez tout de même y trouver votre compte.

LA FIN, RACONTÉE POUR BRILLER EN SOCIÉTÉ / EMMERDER VOTRE VOISIN / S'EN SOUVENIR :

Ben-Hur Marcel se trouve être l'héritier du trône d'Égypte et le frangin de Cléopâtre ! Il réussit donc brillamment 3 épreuves dans le cirque grâce à ses talents de mécanicien, syndicaliste et dresseur de lions (faut pas chercher...) Happy End n'importe comment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 190 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Minostel Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ