Drôle et émouvant. Un bon Ken Loach à la Française. J'en ai eu des frissons.

Avis sur Dieumerci ! On a tous un rêve de gosse

Avatar PierreAmo
Critique publiée par le

Sans lourdeur, un film qui pése...et montre la France à deux vitesses.
Cétait sa dernière séance hier soir à mon ciné et SC m’a motivé à y aller.
Par crainte d'être spoilé, je n’avais que survoler la bonne critique de Locke_2 et les notes sur SC pour me décider (ou pas) à y aller...que j'ai bien fait! Merci bien.
Une belle comédie mais avec une âme, un plus, et un fond. Sans lourdeur.

(pour une vraie critique, allez voir celle de Locke_2 http://www.senscritique.com/film/Dieumerci/critique/89405496 , moi, ce sont surtout quelques notes et rappels et partage de scènes favorites avec peut-être plus ceux qui l’ont vu)

J'ai pensé à du bon Ken Loach http://www.senscritique.com/contact/Ken_Loach/5535

Aussi, il met en valeur de beaux extraits de textes classiques. Comme en son temps Al Pacino m'avait fait découvrir Richard III dans son excellent Looking for Richard
http://www.senscritique.com/film/Looking_for_Richard/462147#
où il nous prenait par la main et expliquait la pièce de Shakespeare, ici le réalisateur et ses acteurs m'ont fait écouter de belles scènes de Molière, Shakespeare et Corneille, bien incluses et introduites dans l'histoire:
...je retiendrais ces citations non exactes mais au moins ce film me motivera aller (re)voir le texte eux même du Cid, L'école des femmes et Roméo&Juliette :
_Il se moque des plaies celui qui n'a jamais souffert.
_Plus tard, on rira de nos problèmes actuels ma Juliette: ils seront des souvenirs quand nous serons heureux.
_Les ailes de mon amour me porteront à vous.
_Rodrigues, ce bras faiblit à porter le fer: aide moi...cette première scène d'ailleurs va parfaitement aux deux personnages car l'un a bien besoin de l'autre
Tirées (je crois) de:
http://www.senscritique.com/livre/L_Ecole_des_femmes/25531#
http://www.senscritique.com/livre/Romeo_et_Juliette/142122#
http://www.senscritique.com/livre/Le_Cid/144965#

En toile de fond, Dieumerci parle de:
La France à deux vitesses
La formation à deux vitesses
La fête à deux vitesses
L'embauche à deux vitesses

La vision de l'intérim en ces temps de débats sur le travail est pile poile: les contrats zéro heures existent bel et bien bien France...les vendeurs de sommeil…il y a une scène où un patron d’interim bien raciste fait la typologie des travailleurs en fonction des origines.
C’est classique et choquant mais tempéré par une des scènes les plus drôles...ils se font offrir un café (en gobelet plastique) et le fils d'Avocat bobo débutant qui n’a jamais travaillé demande « 2 sucres et un verre d'eau"» ;) ;) ;)

L'acteur qui joue l'esclavagiste est formidable: très crédible et super intense...
http://www.senscritique.com/contact/Jacques_Frantz/2390

La figure de la mère avec ses prières pour aider son fils m’a extrêmement touché (à cause de la situation actuelle de la mienne…) : une autre citation approximative du film
« Il n'y a pas meilleur asile, que le cœur d'une mère. »
« Fais moi confiance! Confiance? En Martinique, il y a un bateau sous l'eau qui a ce nom »
http://www.senscritique.com/contact/Firmine_Richard/19604

Je découve avec ce film que Michel Jonasz est bon acteur. Il joue un avocat dont la voiture est son bureau : la Sylicon valley avant l’heure, les bureaux partagés.

Même Jean-François Balmer sort du lot : je découvre qu’il semble avoir plus d'humour sur lui-même et son trajet que je ne lui pensais capable. Il y une scène où il parle des acteurs « ratés » qui ont échoué dans des rôles d’administratifs d’écoles : il regarde ses photos et parle de l'échec de carrière . (ce qui n’existe pas, je ne crois pas qu’il y a des ratés dans ce métier).
http://www.senscritique.com/contact/Jean_Francois_Balmer/229

Une autre découverte pour un Provincial est le beau théâtre où la scène finale est filmée : je reste jusqu’à la fin du générque et découvre que c’est le théâtre Déjazet qui a l'air très beau: son plafond est superbe (un plafond peint de 120 m2).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre_D%C3%A9jazet
http://www.dejazet.com/accueil.swf

Très beau film sur la réinsertion sans le dire lourdement.

Clip de la belle (et parfaite pour film) chanson de Jacques Brel utilisée à la fin https://www.youtube.com/watch?v=aeUHNktbL4E
http://www.senscritique.com/morceau/La_Quete/1035534#

Leurs scènes de répétitions et de cours m'ont souvent donné les frissons.

Ne pas rater la scène juste avant le concours où son binôme lui demande « Pourquoi veux-tu être comédien? » la scène clé, clé dans sa motivation et clé dans le film. Pas de spoil.

Jolie scène de soirée de fils à papa et filles à maman dont les études/vacances sont financées par…papa et maman….beaucoup de ces enfants sont sans réelle motivation et drive…et leurs rêves semblent mainstream…ils arborent des masques de Spielberg, Jamel et du requin de Spielberg…"Requins" que certains sont...certains ricanaient à l’arrivée de Dieumerci au cours de théâtre, une fois sa qualité reconnue par le prof, les mêmes veulent jouer avec lui et zooment tous sur ce nouveau poisson pilote ;);)

Très belle scène très simple où Dieumerci découvre son nouvel ami, triste dans un couloir, qui ne participe pas à la fête: "bof, tu sais le soirées de Lucy .." ...on comprend que c'est pas sa première soirée, il en est blasé alors que pour Dieumerci, lui, il l'apprécie pleinement, car voilà bien longtemps qu'il n'a pas été à une telle soirée.
Il n'est pas blasé de la vie: il apprécie tout, lui. On saura plus tard, encore plus pourquoi.

Ce film est une ode aux chances qu’on a, un rappel d’apprécier chaque moment et de rêver

ps: j'aime aussi les scènes des deux chiens qui se répondent
_le chien du mentor et avocat de Dieumerci à l'arrière de sa voiture-bureau: un epagneul
_le chien du papa/avocat/mentor du "fils à papa", binôme de Dieumerci: un labrador

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 540 fois
5 apprécient · 2 n'apprécient pas

PierreAmo a ajouté ce film à 6 listes Dieumerci ! On a tous un rêve de gosse

Autres actions de PierreAmo Dieumerci ! On a tous un rêve de gosse