👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Affreux, sales et complètement cons.

Il y a déjà dix ans, je découvrais, sans rien demander à personne, ce Dikkenek, premier long-métrage d'un certain Olivier Van Hoofstadt, qui continuera à servir la soupe à Luc Besson (ici distributeur via EuropaCorp) deux ans plus tard avec le pas génial Go Fast. Trouvant l'ensemble plutôt sympa sans comprendre totalement le culte qui suivra grâce à sa sortie vidéo, je me décidai donc à revoir la chose. Ce qui ne fut pas ma plus brillante idée, je dois le confesser.

Tournant autour d'un embryon d'intrigue et de personnages tous plus déjantés les uns que les autres, Dikkenek s'avère rapidement éreintant revu aujourd'hui, gesticulant pour pas grand chose pendant à peine une heure et vingt minutes, ce qui fut déjà trop long pour ma santé mentale. Ne racontant absolument rien, le film n'est qu'un enchaînement de sketchs sans véritable lien, se contentant de laisser grimacer ses comédiens sans aucun sens de la mesure.

Et c'est justement là que le bât blesse. L'humour ne fonctionne à aucun moment sur ma petite personne, et aurait même tendance à me navrer plus qu'autre chose. Hormis peut-être une ou deux vannes qui m'auront fait sourire, c'est le calme plat concernant le reste malgré toute l'énergie déployée du casting.

Une distribution d'ailleurs séduisante sur le papier, mais catastrophique dans les faits. Pour un Dominique Pinon impeccable et un François Damiens déjà prometteur (et à la rigueur Florence Foresti mais qui ne se foule pas non plus), on doit subir un Jérémie Renier pas franchement à l'aise, une Marion Cotillard ruinant son personnage pourtant délirant par son manque flagrant de timing comique, une Mélanie Laurent déjà tête-à-claques et un Jean-Luc Couchard fatiguant à force de se prendre pour Robert Carlyle dans Trainspotting.

D'une laideur à faire peur, plus con que drôle et ne reposant sur aucune structure narrative, Dikkenek a finalement tout du faux film culte et, comme le dit si bien l'affiche française, peut définitivement nuire à votre entourage.

Gand-Alf
2
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes EuropaCorp., Mon cul devant la télé ou au ciné en 2016. et 2006.

il y a 6 ans

26 j'aime

9 commentaires

Dikkenek
Iaoranamoana
1
Dikkenek

Critique de Dikkenek par Iaoranamoana

Sincèrement, je me demande comment on a pu me conseiller de film. J'en avais entendu tellement de bien, de part des amis ou la presse, que je suis restée choquée. J'ai lutté pour le terminer et...

Lire la critique

il y a 12 ans

45 j'aime

6

Dikkenek
Gand-Alf
2
Dikkenek

Affreux, sales et complètement cons.

Il y a déjà dix ans, je découvrais, sans rien demander à personne, ce Dikkenek, premier long-métrage d'un certain Olivier Van Hoofstadt, qui continuera à servir la soupe à Luc Besson (ici...

Lire la critique

il y a 6 ans

26 j'aime

9

Dikkenek
Before-Sunrise
1
Dikkenek

Déception !

En voilà un film que l'on m'avait chaudement recommandé, même des personnes en qui j'ai une confiance aveugle ! Mais voilà, Dikkenek est un gros ratage total. Même mon François en fait trop, fait du...

Lire la critique

il y a 10 ans

21 j'aime

7

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25