Saturday Night Killer

Avis sur Discopathe

Avatar Wake_Up_Donnie
Critique publiée par le

Sorti de nulle part, ou plutôt du Québec, Discopathe est une petite production totalement indépendante, financée à hauteur de 200 000 $ par les internautes, via le site de crownfunding touscoprods.

Cette première réalisation de Renaud Gauthier, est un véritable hommage aux slashers des années 70/80, baignée d'une ambiance sonore fabuleuse, en pleine émergence du disco.
Et malgré son côté ultra-référencé, le film a su créer son propre univers, notamment sur le plan visuel et grâce à un humour décalé, flirtant parfois avec l'absurde.

Si le déroulement de l'intrigue se veut assez classique, le portrait et la pathologie de son tueur en série est bien WTF : Suite à un trauma d'enfance improbable, l'étrange Duane ne peut s'empêcher de perpétrer des meurtres atroces dès qu'il entend de la musique Disco...

La plus grande réussite de Discopathe se situe sans aucun doute dans sa mise en image et son ambiance sonore, à la fois respectueuse de l'époque, tout en étant détournée pour mettre en scène des meurtres horribles, présentés comme des oeuvres d'art macabres.
Fluidité de la caméra, colorimétrie saturée et chaleureuse, et surtout, une bande-son qui détourne brillamment les standards éculés pour accompagner les meurtres. On flirte dans certaines séquences avec le giallo, à travers l'utilisation de filtres à outrance.
Quant à la saturation sonore, elle est parfaitement exploitée pour une montée en tension réelle.

L'autre force du film se situe dans son humour parfaitement dosé, sans tomber dans la parodie basique.
Au-delà de l'accent québecois et des expressions qui vont avec, c'est l'écriture des enquêteurs et du prêtre notamment, qui contribuent à la réussite comique de ces séquences.
Jusqu'au mauvais jeu d'acteurs, totalement maîtrisé et assumé tout au long du métrage.

Bref, Discopathe est une oeuvre totalement atypique, malgré le poids de ses références.
On se situe par moments entre OSS 117 pour les qualités de reconstitution, et du Quentin Dupieux (Steak, Rubber, Wrong, Wrong Cops) pour le côté absurde de certaines séquences.
Ca me fait comprendre pourquoi j'ai beaucoup de mal avec certaines parodies référencées comme Machete par exemple, qui - s'il s'avère sympathique- se contente d'empiler et de singer des films d'exploitation sans véritable liant, ni identité et à l'écriture limitée. Tout le contraire de l'oeuvre de Renaud Gauthier.

Si vous aimez le sang, et le Disco, Discopathe sera votre meilleur allié du Samedi Soir.

outbuster
Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1138 fois
9 apprécient

Wake_Up_Donnie a ajouté ce film à 3 listes Discopathe

Autres actions de Wake_Up_Donnie Discopathe