Somebody to Love.

Avis sur Disjoncté

Avatar HITMAN
Critique publiée par le

Le futur, c'est maintenant ! Bientôt, chaque foyer aura intégré la télévision, le téléphone, l'ordinateur... on pourra visiter le Louvre sur une chaîne, ou suivre le catch féminin dans la boue sur une autre, on pourra faire du shopping à domicile ou une partie de Mortal Kombat avec un ami au Vietnam. Les possibilités sont infinies.

Second long-métrage de Ben Stiller (Zoolander, Tonnerre sous les tropiques) comme cinéaste après Génération 90, mais nous pouvons le voir aussi interpréter le rôle d'une ancienne star de télévision jugée à son procès au tribunal pour avoir tué son frère jumeau. Le film met en vedette Jim Carrey (La Dernière Cible, True Crimes) en installateur de télé câblée indigent et psychologiquement perturbé qui impose son amitié à un célibataire peu méfiant qui vient de rompre avec sa fiancée. Le pauvre célibataire effacé et un peu maladroit est interprété par Matthew Broderick (Wargames, Manchester by the Sea).
La ravissante Leslie Mann (George de la jungle, The Women of Marwen), George Segal (Le Pont de Remagen, 2012), Jack Black (Le Chacal, Jumanji : Bienvenue dans la jungle) et Owen Wilson (Armageddon, Wonder) complète la distribution.

Ok, j'ai compris, vous jouez à la taularde.

La demande de mariage de Steven Kovacs à sa copine Robin a provoqué une des pires réponses imaginables : elle lui a demandé de quitter l’appartement commun, afin de lui laisser le temps de réfléchir. Contraint de déménager, Steven a tout pour s’installer dans son nouveau chez soi, sauf le câble. Le technicien qui était censé lui installer le service se fait attendre plus de quatre heures. Quand il arrive enfin, c’est pour le moins un drôle d’oiseau. Chip Douglas est un personnage extravagant avec un humour particulier, qui ne veut pourtant qu’une seule chose : devenir le meilleur ami de Steven. Et gare à celui-ci, s’il n’accepte pas cet assaut de sa vie privée.

Le mot de passe est... vagin.

Telle une tornade blanche, Jim Carrey écrase tout et tout le monde sur son passage, ne laissant que peu de place au reste de la distribution et notamment à Matthew Broderick dans cette comédie disjoncté qui met parfois mal à l'aise tant il est difficile de jouer avec les bons sentiments. Bien sûr, l'acteur use toujours à outrance de ses grimaces qui plaisent tant à ses fans, mais prouve par instants qu'il pourra être aussi à l'aise dans des films dramatiques. Il commençait à peine à explorer le côté sombre de son humour extravagant. Stiller réussit lui a placer quelques commentaires sociaux pertinents dans les nombreux détours comiques du film.

Bienvenue au Moyen Âge, je serai votre humble servante, Melinda. Vous siéra-t-il que je vous apporte quelques breuvages ?

Paies-nous donc une bonne chope de cervoise à moi et à mon compagnon, voici 15 jours et 15 nuits qu'il guerroie et son cœur de lion est fort assoiffé de tout nectar que nous dispensera ta personne.

Je vous apporte ça tout de suite mes seigneurs.

Grand merci bel enfant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 409 fois
8 apprécient

HITMAN a ajouté ce film à 7 listes Disjoncté

Autres actions de HITMAN Disjoncté