Digerbante

Avis sur Divergente 2 : L'Insurrection

Avatar Caïn
Critique publiée par le

Il y a des films comme ça qui sentent la merde dès les premières secondes.

Voix-off laconique débitant un flot répété de conneries conventionnelles destinées à rappeler rapidement au spectateur perdu les intrigues gargantuesques du précédent volet. Musique impersonnelle montant crescendo pour dévoiler une course folle dans les bois, arme futuriste en main et regard hagard. Gros plan sur les monstres de charisme aux visages de loutre qui servent de personnages principaux. Petite montée d’adrénaline artificielle et injustifiée avec le massacre de quelques connards innocents immédiatement rattrapé par le ressort narratif de base, c’était qu'un rêve mon con.

Dans la foulée de cette intro de myopathe sous cortisone, le film dégueule son intrigue en multipliant les dialogues convenus, les scènes d’action bandantes comme un Reims-Sochaux en wagon couchette et les retournements de situation que l’on voit venir à dix bornes, pas parce qu’on est un génie mais parce que les réalisateurs n’avaient pas envie de se casser le cul à les rendre crédibles.

Arrêtons-nous deux secondes sur le couple d’acteur qui mène le film. D’un côté Shailene Woodley qui n’a surement pas été choisie pour son physique, ce qui est plutôt intéressant dans ce genre de productions. Le problème majeur réside dans le fait qu’elle n’a pas non plus été choisie pour la subtilité de son jeu ni pour sa capacité à incarner sérieusement un personnage. On peut donc meubler une partie de l’intrigue à se demander ce que la demoiselle fout là, mais la question reste implacablement sans réponse, à moins de se tourner vers une explication mystico-mafieuse. Reste à noter que la coupe courte ne va pas à tout le monde, à fortiori quand on a un visage fade, un regard vide et des bras d’hommes. De son côté, Theo James continue sa petite opération « Je joue à James Franco » et aurait tord de s’en priver puisqu’il reste des abrutis pour lui filer des rôles. Inutile de dire que le mec est une catastrophe ambulante et affiche une unique expression pendant l’entièreté des événements.

Vu le niveau global de la chose, et sachant que le premier était déjà bien limite, on attendra avec impatience le dernier volet qui finira de nous expliquer que la différence c'est bien et le nazisme c'est mal. Il sera évidemment coupé en deux parties puisque c’est la nouvelle mode et que ça permet de se faire deux fois plus de fric avec une même portion de merde.

Après une nuit de recherche pour sortir un truc positif sur cette mascarade cinématographique, il s’avère que « Divergente » a la qualité indéniable de rehausser significativement l’intérêt de n’importe quel autre film dans les heures qui suivent son visionnage. Un peu comme s’arracher volontairement les yeux un moment pour mieux admirer les merveilles de ce monde ensuite. Vous êtes prévenus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2007 fois
46 apprécient · 3 n'apprécient pas

Caïn a ajouté ce film à 2 listes Divergente 2 : L'Insurrection

Autres actions de Caïn Divergente 2 : L'Insurrection