Affiche Django

Critiques de Django

Film de (1966)

La violence engendre la violence

Merci. De quoi ? De ce que tu as fait pour moi. Je ne l'ai pas fait pour toi. Merci quand même. Arrête de me remercier. Qui sait si j'ai bien fait. Je te remercie parce que, l'espace d'un instant, j'ai eu l'impression d'être protégée et aimée. Alors, autant que l'illusion soit complète.... Lire la critique de Django

39 32
Avatar JéJé fait son Bagou
7
JéJé fait son Bagou ·

Dark Eastwood

Ah la vache, ça reste du bon Bis mais ça fait mal quand même... J'ai pourtant redécouvert avec une nostalgie émue Django traîner son cercueil dans la boue de la bourgade morte mais à mesure que ça avance, la beauté baroque du souvenir resplendissant fait vite place au bis massacreur bien direct à souhait. En fait, il y a 20 ans de cela, cela ne m''était même pas concevable de regarder Django... Lire l'avis à propos de Django

62 22
Avatar drélium
8
drélium ·

Django arrive... préparez vos cercueils !

(la B.O. : https://m.youtube.com/watch?v=KlTSIWH2NgI&list=OLAK5uy_kFw4uvbpgibJI7bnJpNaEPt_xfKbpekXs) Présenté dans une sublime version restaurée 4k, Django demeure un véritable choc cinématographique. Culte de l'hyperviolence et de la cruauté parsemé de tableaux magnifiques... Lire la critique de Django

10 11
Avatar SB17
8
SB17 ·

Badass Django

Avant la sortie de Django Unchained, je m'étais dit "Tiens, et si je voyais le fameux Django de Corbucci avant?". Juste histoire de me la raconter en disant très fièrement que j'ai capté toutes les références que Tarantino a joyeusement disséminées tout au long de son nouveau film (et ça n'a pas loupé d'ailleurs, j'étais trop fier!). Bon il y avait ça mais il y avait aussi le fait que malgré... Lire la critique de Django

32
Avatar Moorhuhn
7
Moorhuhn ·

Django déchaîné

Django reste ce qui se faisait de mieux dans le western italien dans la catégorie "autres que Sergio Leone", Sergio Corbucci étant un réalisateur aussi doué et aussi inventif que ce dernier. On lui doit quelques perles du genre comme le Grand Silence, Navajo Joe, El Mercenario, le Spécialiste ou... Lire l'avis à propos de Django

17 10
Avatar Ugly
7
Ugly ·

Django Renard contre Jamie Foxx

Lacune vieille de plusieurs décennies, je m’étais juré de voir ce "Django" version Corbucci, après m’être délecté de l’essai Tarantinesque quasi-éponyme. Si Nero arrive à incarner ce personnage sombre non sans une certaine élégance, ce Franco de porc parvient surtout à lever la damoiselle en détresse en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. Une véritable gravure de mode. A défaut d’être... Lire l'avis à propos de Django

44 14
Avatar Gothic
5
Gothic ·

Django, have you never loved again?

C'est sur une musique de Luis Bacalov racontant l'histoire du héros et un plan caméra vibrant que s'ouvre Django. On y voit un homme de dos, aux vêtements sales, traînant dans la boue un cercueil, pendant trois minutes. Dix minutes plus tard, une femme s'est déjà fait fouetter à mort et le nombre de morts à déjà atteint la dizaine. Quelques minutes plus tard encore, le nombre de morts a triplé.... Lire l'avis à propos de Django

17
Avatar Saccharum
8
Saccharum ·

Critique de Django par Plume231

On pourrait trouver facilement mille et un défauts à ce "Django", visiblement Sergio Corbucci n'avait pas la maîtrise technique de l'autre Sergio, mais ils s'intègrent tellement bien aux décors (très boueux !) du film qu'on a l'impression bizarre que l'ensemble ne pourrait pas exister sans eux. Quand à comparer au Tarantino, les deux œuvres sont heureusement trop différentes pour cela ; allez... Lire la critique de Django

14
Avatar Plume231
8
Plume231 ·

De la petite bière...

Adulé ici comme ailleurs à un niveau parfaitement incompréhensible, Django se révèle en tout cas parfaitement caractéristique du western spaghetti, les films de Leone s'apparentant de plus en plus dans mon esprit à des exceptions remarquables mais peu représentatives d'un genre finalement assez médiocre. Un héros solitaire mutique, une musique sous-morriconienne, des mexicains crades, des... Lire l'avis à propos de Django

44 15
Avatar Torpenn
4
Torpenn ·

Corbucci dans la colle

Après avoir gratté la surface des westerns dits classiques, je me suis enfin décidé à m'attaquer au genre spaghetti, dont je n'avais jusqu'alors connaissance que grâce à quelques petites bombes signées Leone. Django, qui constitue je crois l'un de ses emblèmes les plus appréciés, me paraissait un bon point de départ. Avant toute chose, je tiens à préciser que je comprends la démarche de... Lire l'avis à propos de Django

13 30
Avatar Kalian
5
Kalian ·