👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Sous ses airs de blockbuster calibré pour attirer les fans des sagas Harry Potter et X-Men, compte tenu de deux têtes d’affiche, Victor Frankenstein propose une déclinaison originale au roman épistolaire de Mary Shelley, qui délaisse la créature pour s’intéresser au créateur et à sa relation amicale et fraternelle avec celui qu’il a sauvé. Aussi le combat scientifique pour donner la vie apparaît-il peu à peu comme l’aliénation d’un être soucieux de se faire un nom à soi, de quitter l’ombre paternelle et de remédier à sa propre mortalité et aux angoisses qu’elle provoque. Victor trouve en Igor sa création véritable : en le tirant du cirque dans lequel il croupissait durant dix-huit années, en remédiant à sa difformité – ce qui donne lieu à une scène tout à la fois douloureuse et jubilatoire –, en le recueillant chez lui pour lui offrir un toit, une protection et un statut, il confère à cet anonyme un nom et une identité. Igor devient alors une allégorie de l’amitié, dont les pouvoirs équivalent celles du Créateur en ce qu’elle ranime ce qui décrépissait ou semblait mort.

Les deux acteurs principaux, Daniel Radcliffe et James McAvoy, s’amusent comme des petits fous et forment un duo réussi et attachant, au sein d’une production rythmée et assez bien mise en scène qui a l’intelligence de réinsérer la science du XIXe siècle dans un climat général d’expérimentation et de foire. La partition musicale de Craig Armstrong achève de faire de Victor Frankenstein une excellente surprise.

il y a 1 an

4 j'aime

4 commentaires

Docteur Frankenstein
B_Jérémy
6

Quoi de neuf, docteur ?

J'aime mieux une belle chimère qui fait mépriser le repos et la vie, une illustre folie qui fait tenter de grandes choses qu'une réalité stérile, une prétendue sagesse qui jette et retient l'homme...

Lire la critique

il y a 2 ans

25 j'aime

16

Docteur Frankenstein
Ugly
7

Victor, mon maître et mon ami

Cette production se livre à un dépoussiérage d'une oeuvre mythique tout en gardant les éléments principaux (labo rempli de machines, foudre, créature, vieux château etc...), en virant l'image de...

Lire la critique

il y a 4 ans

17 j'aime

11

Docteur Frankenstein
Jb_tolsa
3

La Pop-culturisation des Classiques

Harry Potter a pris un sacré coup de vieux. En même temps il a passé les cinq dernières années enfermé dans un cirque, où ses geôliers l'ont rendu bossu et moche. À moins qu'il ne l'ait toujours été...

Lire la critique

il y a 6 ans

12 j'aime

4

Sex Education
Fêtons_le_cinéma
3

L'Ecole Netflix

Il est une scène dans le sixième épisode où Maeve retrouve le pull de son ami Otis et le respire tendrement ; nous, spectateurs, savons qu’il s’agit du pull d’Otis prêté quelques minutes plus tôt ;...

Lire la critique

il y a 3 ans

74 j'aime

15

Ça - Chapitre 2
Fêtons_le_cinéma
5

Résoudre la peur (ô malheur !)

Ça : Chapitre 2 se heurte à trois écueils qui l’empêchent d’atteindre la puissance traumatique espérée. Le premier dommage réside dans le refus de voir ses protagonistes principaux grandir, au point...

Lire la critique

il y a 2 ans

73 j'aime

14

La Fille au bracelet
Fêtons_le_cinéma
9

En présence d’un doute

On ne sait pas, on ne saura jamais. On traque les signes, on tente de décrypter les traits du visage de Lise. Si, je la sais coupable. Ah non, en fait je n’y crois pas. Pourquoi ne répond-elle pas ...

Lire la critique

il y a 2 ans

51 j'aime

4