👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Toute la réussite (et le petit miracle) de ce film tient en un mot: équilibre.
Kurosawa plonge pendant un peu plus de deux heures (alors qu'il en voulait au minimum le double à l'origine, lorsqu'il adapte le roman de Shûgorô Yamamoto) dans la vie sordide d'un bidonville en évitant les deux écueils "normaux" d'un réalisateur moyen, ou normal.

C'est n'est jamais larmoyant, ce n'est jamais non plus une ode à une forme de pauvreté noble.

Ce ne sont que des gens qui vivent là, et qui font comme ils peuvent pour s'en sortir. Certain avec grandeur d'âme, d'autres avec résignation, d'autres encore avec scélératesse, la plupart le plus dignement possible.
Kurosawa ne porte aucun jugement de valeur, il ne condamne ni n'encense personne. Il suit avec un regard éminemment humain et proche toutes ces destinées, le fou, le voleur, le sage, le cocu, les ivrognes, le mendiant, la femme éplorée, la pondeuse, les éternelles commères agglutinées autour du point d'eau, la malade, la sacrifiée. Tout arrive, du plus beau au plus affreux (vol, viol, tentative de meurtre, folie, abandon) mais sans que jamais nous ne versions dans le sordide.
Et lorsque le pire arrive, nous ne sommes non dégoûté ni en colère. Comment en vouloir, par exemple, au mendiant qui empoisonne et laisse mourir son fils ?

Restent les petits moments miraculeux, fleurs délicates et colorées au milieu de la décharge: la scène du voleur aidé, celle du peintre en travers d'une voie de tramway qui n'existe pas, le poivrot qui ne sait plus (et on le comprend) où il habite ou enfin, la plus belle de toute, celle du cocu qui explique à ses enfants comment ils doivent définitivement trancher pour savoir s'il est leur père ou non.

Kurosawa réalisait là son premier film en couleur. Le résultat est éclatant !
Dodes'kaden
guyness
8
Dodes'kaden

La cour du miracle

Toute la réussite (et le petit miracle) de ce film tient en un mot: équilibre. Kurosawa plonge pendant un peu plus de deux heures (alors qu'il en voulait au minimum le double à l'origine, lorsqu'il...

Lire la critique

il y a 11 ans

58 j'aime

9

Dodes'kaden
Sergent_Pepper
6
Dodes'kaden

Apologie de l’apologue

Entre rupture et continuité, Dodes’ka-den occupe une place particulière dans la filmographie de Kurosawa. Continuité, tout d’abord, par les thèmes qu’il aborde, et qui semblent prolonger l’attention...

Lire la critique

il y a 7 ans

39 j'aime

3

Dodes'kaden
KingRabbit
10
Dodes'kaden

Tu vas l'avoir ta piscine mon petit !!

Jusqu'à maintenant j'ai toujours pensé que Kurosawa serait mon cinéaste maudit, et que je n'arriverai jamais à apprécier son oeuvre. J'ai à 4 ou 5 reprises voulu matter "Ran", et j'ai été incapable...

Lire la critique

il y a 9 ans

26 j'aime

1

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

340 j'aime

50

Les 8 Salopards
guyness
9

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme...

Lire la critique

il y a 6 ans

310 j'aime

43

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

291 j'aime

141