Le tournant coloré des seventies pour Kurosawa

Avis sur Dodes'kaden

Avatar Mamzelle_Jeanne
Critique publiée par le

Après les projets avortés d'un "Runaway train", d'une partie japonaise de "Tora ! Tora ! Tora!", Kurosawa revient au cinéma en passant à la couleur.
5 ans après "Barberousse", on retrouve un univers de miséreux. Dans "Dode's kaden", vivent dans un bidonville, déclassés, déchus, marginaux, fous, ivrognes, voleurs, violeurs... On pense un peu à "Affreux, sales et méchants" de Ettore Scola.
Le film est sombre, les couleurs n'en éclatent que de plus belle. Les costumes sont de couleurs vives et primaires, des dessins d'enfants représentant trains et trams éclairent le cabanon de Rokku-Chan, les décors sont peints, la maison que bâtit en rêves le clochard pour son fils évoque un jeu avec une palette graphique et de mise en couleurs...
Mais j'ai eu du mal à accrocher ; peut-être la galerie de personnages est-elle trop longue ? J'aurais préféré une "quintessence" de l'esprit du film, centré uniquement sur quelques personnages.
Difficile à aborder, un film visuellement très beau, à la fois construit et déconstruit (je me comprends !) : une expérience.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 204 fois
1 apprécie

Autres actions de Mamzelle_Jeanne Dodes'kaden