Un besoin désespéré d'exister et d'être aimé.

Avis sur Dogman

Avatar Jacqueline Tisserand
Critique publiée par le

Dans un quartier délabré d'une petite ville italienne en bord de mer, Marcello est toiletteur pour chiens. Il est plutôt sympathique, assez apprécié par ses voisins et amis, divorcé et père d'une jeune Alida. Son quotidien est troublé par le retour de Simoncino, une brute qui ne discute qu'avec ses muscles, qui se sert de lui et en fait son souffre-douleur. Marce' est faible et ne veut contrarier personne. Il n'ose pas résister à Simon' et se laisse entraîner dans des affaires louches. Un cambriolage de trop l'envoie en prison et lui fait tout perdre, jusqu'à l'estime de ses voisins. A son retour, repoussé par ses anciens amis, humilié devant sa fille, il comprend la trahison de Simon'. Déçu, seul, abandonné, il prépare un piège pour Simon'. Pour se venger, et aussi et surtout pour se réhabiliter aux yeux de ses voisins et peut-être récupérer leur amitié?
Les chiens sont présents tout au long de ce film noir, très noir, inspiré par un fait divers. Matteo Garrone, le réalisateur, évite toute complaisance et ne nous ménage pas. Ses acteurs sont magnifiques, Edoardo Pesce en brute sans cervelle ni sentiments, et surtout Marcello Fonte, prix d'interprétation à Cannes, qui campe un Marce' paumé, désemparé, nié, enchainé dans une spirale de violence.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 124 fois
2 apprécient

Autres actions de Jacqueline Tisserand Dogman