👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce film est une plaidoirie contre l'être humain.

L'ami Lars Von Trier nous plonge dans les méandres de l'âme humaine et dans le vice cru, décomplexé, désinhibé et surtout... banalisé.

En effet, la plus grande tare des personnages n'est pas d'être lâches, esclaves de leurs pulsions ou de manquer d'empathie mais est belle est bien de se sentir octroyé d'une légitimité presque divine justifiant leur vice. Celui-ci s'en retrouve donc normal, ordinaire, banal. Glaçant.
Le parallèle avec les Etats-Unis est tout trouvé: pays des grandes idées, donneur de leçons, parangon de la bonne morale et déclamateur de grands discours logorrhéiques.

Tout au long du film, j'ai voulu croire en un amour pur et sincère entre Grace et Tom, un amour salvateur, permettant de s'élever au delà du vice que nous avons en chacun de nous. La chute n'en fut que plus brutale. Horreur et dégoût. Cet amour n'est qu'une façade, une grande idée, un grand principe lui aussi.

Le glissement de l'asile vers la geôle est lent, subtil et logique. On sent que les personnages sont dirigés par leurs instincts primaires: la peur, l'envie, la cupidité.

Tous ces effets fonctionnent très bien grâce à l’absence pure et simple de décor, empêchant le spectateur de détourner son attention du sujet du film.
De plus, j'ai un faible pour la manière dont Lars Von Trier utilise sa caméra: près des acteurs, tremblotante, prête à capturer la moindre expression. Ce style me touche énormément et crée très rapidement un lien fort d'attachement et d'empathie entre les personnages et moi.
J'ai ressenti ceci durant tous les visionnages des films du réalisateur.

Wakobu67
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top 10 Films

il y a plus d’un an

1 j'aime

1 commentaire

Dogville
Torpenn
5
Dogville

Amazing Grace

Lars von Trier raconte l'Opéra de quatt'sous avec la voix off de Barry Lyndon et les chapitres de Winnie l'Ourson, et ça donne Dogville, film intéressant, parfois, mais pas complètement, hélas. Sous...

Lire la critique

il y a 11 ans

73 j'aime

47

Dogville
blacktide
8
Dogville

And Grace my fears relieved

Mettre des mots sur ce film pourrait paraître presque indécent. Puisque les mots ne se pansent point, et les maux ne se pensent pas. Ou peut-être que si en fin de compte. Nos maux sont à chaque...

Lire la critique

il y a 4 ans

49 j'aime

16

Dogville
Krokodebil
9
Dogville

La chienne et les pommes.

Il est de ces soirs où l'on ressent l'irrépressible besoin de se faire du mal sous prétexte de se cultiver. Un peu désœuvré, cherchant des excuses pour ne pas travailler sérieusement à des sujets...

Lire la critique

il y a 8 ans

36 j'aime

5

La Route d'Eldorado
Wakobu67
6

Goldé ?

Au détour d’une visite à la maison, un ami de la famille remet un CD-rom dans mes petites mains d’enfant de 5 ans. Sur la galette, un jeu vidéo mettant en scène deux lascars espagnols cherchant à...

Lire la critique

il y a 7 mois

2 j'aime

2

The Gentlemen
Wakobu67
4

J'ai pris mon pied mais c'est vraiment pas fameux

En fait je crois que j'ai du mal avec le cinéma de Guy Ritchie. Il y a quelques semaines je regardais Snatch et j'ai retrouvé à peu près les mêmes tares que chez le petit frère. J'ai l'impression...

Lire la critique

il y a 4 mois

2 j'aime

2

Kingdom Come: Deliverance
Wakobu67
7

Un moyen-âge trop contemporain ?

Fini ainsi que toutes ses extensions. J'ai du un peu pousser sur la fin pour en venir à bout, les jeux sont devenus trop longs :) Bravo pour la tentative de reconstitution d'un royaume de Bohème...

Lire la critique

il y a 5 mois

1 j'aime