👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Lars von Trier raconte l'Opéra de quatt'sous avec la voix off de Barry Lyndon et les chapitres de Winnie l'Ourson, et ça donne Dogville, film intéressant, parfois, mais pas complètement, hélas.

Sous prétexte de laisser le spectateur se concentrer sur le jeu et les dialogues, le tout est filmé sur une scène de théâtre avec les décors tracés à la craie. Bien sûr, c'est idiot, arrogant aussi, et ça donne l'effet contraire : à chaque fois qu'un type mimait une ouverture de porte, je sortais du film aussi sec.

Heureusement, le reste du temps, on arrive à faire abstraction et ça passe, il n'empêche que c'est inutile, mais bon, Lars a toujours apporté au cinéma les pires prétentions et les pires concepts imbéciles pour se démarquer comme à la cour de récréation, j'imagine qu'il faut faire avec...

Avec ça un beau casting, rien à dire, les vieilles gloires que sont Bacall, Caan et Gazzara côtoient la jeune génération : Kidman est plutôt bien et sa Grace stupéfiante souffre plus des défauts de son écriture que de son interprétation. Paul Bettany se voit offrir un rôle abominable, tant pis pour lui. On retrouve aussi les habitués de Lars, Stellan Skarsgard et Jean-Marc Barr, sans oublier Patricia Clarkson et Chloë Sevigny.

L'ensemble est plutôt de bonne tenue, même si, derrière les archétypes présentés manque la véritable profondeur. La leçon assénée par Lars est violente, forte, et ne souffre guère la subtilité. J'ai passé depuis longtemps l'âge de ce genre de leçons.

Les rares fois où Lars oublie de filmer en caméra à l'épaule (sans doute par peur de faire théâtre filmé, oui, c'est assez lourd, comme d'habitude) nous avons le droit à quelques plans superbes, vite enlaidis, bien sûr, par la hideur du propos, mais bon, saluons, ces jolis moments de lumière.

Lars von Trier me semble décidément être un cinéaste instinctif plus qu'intelligent, et cette lacune se révèle ici criarde. D'un conte qui aurait pu, aurait du viser à l'universalité, il enlève une partie de sa portée en insistant sur sa vision de l'Amérique, limitée tout le long du film à quelques clichés cinématographiques qu'on pouvait pardonner, mais appuyée tellement lourdement dans le générique final que ma légendaire bonne volonté fut durement prise à partie.

Je comprends très bien qu'on soit marqué par ce film, qui possède d'évidentes qualités. Moi-même j'ai suivi avec intérêt la plus grande partie du film, appréciant même le délicat basculement menant jusqu'à l'abjection. La suite du film m'a posé plus de problèmes, je l'avoue.

Une certaine forme de lassitude et un discours trop appuyé ne m'ont pas permis de voir la catharsis finale autrement que sous son aspect un peu grotesque, ne me sentant plus guère impliqué dans l'histoire.

La légèreté est un art précieux qui manque ici cruellement. Les ambitions affichées me semblent dépasser beaucoup trop les capacités de son auteur pour parvenir au chef d'oeuvre qu'il semblait vouloir être.

Heureusement, il y avait Vivaldi.

Vanitas vanitatum et omnia vanitas.

il y a 11 ans

73 j'aime

47 commentaires

Dogville
Torpenn
5
Dogville

Amazing Grace

Lars von Trier raconte l'Opéra de quatt'sous avec la voix off de Barry Lyndon et les chapitres de Winnie l'Ourson, et ça donne Dogville, film intéressant, parfois, mais pas complètement, hélas. Sous...

Lire la critique

il y a 11 ans

73 j'aime

47

Dogville
blacktide
8
Dogville

And Grace my fears relieved

Mettre des mots sur ce film pourrait paraître presque indécent. Puisque les mots ne se pansent point, et les maux ne se pensent pas. Ou peut-être que si en fin de compte. Nos maux sont à chaque...

Lire la critique

il y a 4 ans

50 j'aime

16

Dogville
Krokodebil
9
Dogville

La chienne et les pommes.

Il est de ces soirs où l'on ressent l'irrépressible besoin de se faire du mal sous prétexte de se cultiver. Un peu désœuvré, cherchant des excuses pour ne pas travailler sérieusement à des sujets...

Lire la critique

il y a 8 ans

36 j'aime

5

Into the Wild
Torpenn
5

Itinéraire d'un enfant gâté

A 22 ans, notre héros, qui a feuilleté deux lignes de Thoreau et trois pages de Jack London, abandonne sans un mot sa famille après son diplôme et va vivre deux années d'errance avant de crever comme...

Lire la critique

il y a 9 ans

452 j'aime

180

Django Unchained
Torpenn
4

Esclavage de cerveau

Aussi improbable que cela puisse apparaître à mes lecteurs les plus obtus, j’aime bien Tarantino, je trouve qu’il arrive très bien à mettre en scène ses histoires, qu’il épice agréablement ces...

Lire la critique

il y a 9 ans

389 j'aime

174

Le Parrain
Torpenn
10
Le Parrain

Le festival de Caan...

Tout a déjà été dit sur ce film, un des plus grands jamais réalisé. Tout le monde a vanté, un jour son casting impeccable : un Brando ressuscité, un Pacino naissant, bien loin de ses tics...

Lire la critique

il y a 11 ans

355 j'aime

131