Avis sur

Don Jon par Enlak

Avatar Enlak
Critique publiée par le

Réaliser un film sur un gars accro au porno était assez audacieux. Le début donne le ton avec des scènes osées où Jon raconte comment il s’adonne à son activité préférée avec un montage rapide d’images pornographiques assez comique. Malheureusement « don jon » ne continue pas sur la lancée. L’aspect incorrect est contrebalancé par des scènes romantiques ou purement racoleurs, comme si le film hésitait à choisir sur quel ton danser. On a ainsi le droit entre deux visionnages de pornos à de longs baisers ou d’attouchements à la limite du vulgaire… Certes il y a la ravissante Scarlett en véritable bimbo séductrice plus sexy que jamais et qui justifie à elle seule tout le plaisir coupable du film, mais les défauts sont regrettables car avec un traitement irrévérencieux dans la veine de « kick ass », décalé comme un « 500 jours ensemble », un tel sujet aurait pu aisément passer car les idées ne manquent pas.
Si Jon est une caricature de frimeur obsédé par son corps, sa belle bagnole et par les gonzesses bien roulées, il est aussi, caractéristique étonnante, obnubilé par le ménage et pratiquant régulier ! Ce qui donne droit à des passages de confessions assez marrants. Le film affiche aussi des seconds rôles caricaturaux, comme la famille du porno addict : un père qui ne pense qu’au foot, la mère soumise et un peu cruche, et l’adolescente muette toujours sur son portable. Mais ils sont trop en retraits pour que l’on prenne plaisir à les voir. La volonté était pourtant là, comme le moment où lorsque la fille se met à parler, tout le monde se tait, étonné, devant l’intelligence de ce qu’elle exprime.

Il n’y a en faite pas une mais deux relations dans ce film, et le film s’attarde trop sur l’une d’elle. Certes, le déroulement n’est pas celui attendu et en ce sens le film ne ressemble pas aux autres comédies romantiques balisées, mais le manque d’enjeux et un développement qui part un peu dans tous les sens empêchent de vraiment s’y intéresser.

C’est à se demander pourquoi Joseph Gordon Levitt s’est lancé dans un tel projet, se mettre en valeur ou avoir la chance d’embrasser Scarlett (ok là je veux bien lui pardonner) ? Et aussi pourquoi la jolie blonde a accepté de jouer un rôle mettant en avant uniquement ses atouts sexy, le personnage en lui-même n’étant pas intéressant (une espèce d’enfant gâtée à la fois désinhibée et fermée sur certains points…). Ce n’est pas un mauvais film, il n’est ni lourd ni niais, mais sans la présence des deux acteurs le film n’aurait jamais fait parler de lui (et sens critique ne nous aurait pas imposé sa promo !), c’est dommage car l’originalité et les idées sont là. Espérons que pour sa prochaine réalisation, Joseph Gordon Levitt accouche d’une œuvre mieux maîtrisée et moins tapageuse. Heureusement qu’il y a Scarlett…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 254 fois
14 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Enlak Don Jon