Affiche Douleur et gloire

Critiques de Douleur et gloire

Film de (2019)

Critique de Douleur et gloire par Multipla_Zürn

On pourrait penser que le cinéma d'Almodovar est profondément animé par la question du théâtre. Mais ce qui l'intéresse avant tout, c'est le contre-champ vivant qu'une scène propose : la salle. Le cinéaste joue à deux reprises de ce contre-champ dans Douleur et gloire, une première fois pour montrer une salle vide, tandis qu'un acteur répète une pièce dont le texte aborde le carnage des... Lire la critique de Douleur et gloire

27
Avatar Multipla_Zürn
7
Multipla_Zürn ·

Mémoires de nos pairs

L’exposition du dernier film d’Almodovar pourrait inquiéter, tant les éléments qui d’y déploient semblent attendus : un Banderas en cinéaste vieillissant coiffé comme le réalisateur, un rapport au passé qui a tout de la somme autobiographique, l’évocation des 80’s flamboyantes et révolues, et l’heure des bilans teintés d’amertume. Le protagoniste... Lire la critique de Douleur et gloire

112 12
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Il restera la Gloire

Traverser les apparences, aller à l'authentique. Avec sincérité. Pedro Almodovar a axé toute sa carrière sur ce leitmotiv. D'abord léger et excentrique (pour l'époque car aujourd'hui plus rien n'est excentrique), puis avec plus de gravité. Sa vie est sa matière première. A chaque film, le temps passant, l'auteur multiplie flash back et constructions présent/passé. Après... Lire l'avis à propos de Douleur et gloire

13 4
Avatar Seemleo
9
Seemleo ·

Tout sur mon art

8.5: Tout sur mon art De nos jours, Madrid : Salvador un brillant réalisateur est invité par la cinémathèque espagnole à la projection de son plus grand succès et à y retrouver son acteur fétiche Alberto. Hors, les deux hommes sont en froid depuis le tournage il y a 30 ans, et ne s’adressent plus la parole. Comment se réconcilier? En réécrivant leur histoire, leur jeunesse. Le voici donc ce... Lire la critique de Douleur et gloire

11 2
Avatar vincenzobino
8
vincenzobino ·

Parle avec lui...

DOULEUR ET GLOIRE (17) (Pedro Almodovar, ESP, 2019, 114min) : Cette lumineuse œuvre cathartique nous offre une flamboyante mise en abyme autobiographique sans tabous. Pedro Almodovar met intimement son âme à nu dans cette éblouissante autofiction qui narre la perdition mentale et corporelle d'un cinéaste dépressif à l'anatomie malade, ne trouvant plus les ressources pour exercer le... Lire l'avis à propos de Douleur et gloire

10 6
Avatar seb2046
8
seb2046 ·

L'irrésistible chant d'amour des cigales du passé

Un metteur en scène reconnu - qui pourrait se confondre avec Almodovar lui-même - mais en pleine crise de mal-être (il souffre du dos, a des problèmes de déglutition, ne se sent plus la force d'écrire et d'immédiatement tourner son script, a tendance à s'enfermer chez lui et en lui-même) s'échappe vers son passé, son enfance, quand il vivait pauvrement, avec sa jolie maman et son père peu... Lire la critique de Douleur et gloire

18 5
Avatar Fleming
8
Fleming ·

Couleur et noir

Le cinéaste dépressif et hypocondriaque de Douleur et gloire est-il le double d'Almodovar ? Un peu, sans doute, beaucoup, pour certains aspects, pas du tout, pour d"autres. Qu'importe, en définitive, puisque l'on sait que le film est l'un des plus personnels de son auteur et qu'il lui ressemble dans sa vision du passé et de l'avenir, celle d'un homme qui aura 70 ans en septembre. Pas de... Lire l'avis à propos de Douleur et gloire

8 3
Avatar 6nezfil
8
6nezfil ·

Comédie ou drame ? pas besoin de choisir

Almodovar nous livre là, encore une fois, un film absolument magnifique et qui a été logiquement récompensé à Cannes (enfin son acteur principal l'a été). Ici il y a tout ce que j'aime chez Almodovar, notamment ses histoires de femmes, avec encore une fois la sublime Penélope Cruz qui joue la mère jeune du personnage principal... Mais il y allie quelque chose de personnel en se... Lire la critique de Douleur et gloire

7
Avatar Moizi
8
Moizi ·

Je suis grand, plaignez-moi !

Que penser de ce film ? C'est touchant, il y a des moments de maîtrise de cinéma propres à ces réalisateurs rodés : fini la surenchère, quand je filme un dialogue, je le filme optimum. Sans être fan d'Almodòvar, on comprend bien le côté autobiographique ; même si rien n'est vrai, le réalisateur parle de lui, se dévoile, se livre. Et c'est un peu chiant. La langueur... Lire la critique de Douleur et gloire

7
Avatar Pequignon
5
Pequignon ·

Tout sur Pedro ?

J'attendais beaucoup de ce film, parce que j'aime énormément Almodóvar, et en en particulier sa dernière collaboration avec Antonio Banderas, La Piel que habito, qui reste huit ans après l'une de mes plus grosses claques au cinéma ; et je ne suis pas déçu. Le film n'est pas du tout dans le même délire, il s'agit plus ici d'un drame intime comme Julieta, ce qui est très bien aussi, mais on... Lire l'avis à propos de Douleur et gloire

7
Avatar ServalReturns
8
ServalReturns ·