👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J’ai lu beaucoup d’analyses de ce célèbre huis clos, que le classement en nº1 de SC m’a incité à revoir. Mais, curieusement, aucune n’adopte la lecture qui s’est imposée à moi : l’évocation christique.

Tout vêtu de blanc, couleur de la pureté, le juré nº8 agit en effet comme le Christ : il bouscule le consensus en invitant à changer de regard. C’est ce qui rend la parole évangélique si riche, que l’on soit ou non croyant : le Christ ne cesse de nous dire « sortez de vos schémas de fonctionnement, convertissez-vous - c’est-à-dire : changez de regard ». C’est bien ce que fait le juré nº8, il invite chacun à dépasser ses préjugés (raciaux ou de classe) pour accéder à la vérité, où tout du moins à s’en approcher.

Le Christ, c’est aussi celui qui remet en cause les vieux rites, dont le sacrifice rituel de l’innocent. Un seul plan suffit à nous convaincre de l’innocence de ce jeune homme faible, craintif. Mais la colère qui habite les 11 jurés les a empêchés de le voir.

Ainsi le juré nº8 va-t-il parvenir à « convertir » ces 11 autres. Et cela, comme le Christ, avec deux moyens :
- par l’écoute, l’attention à autrui, d’une part ;
- et, d’autre part, en posant les bonnes questions, de celles qui font faire un pas de côté, qui rénovent le regard. Par exemple, de montrer à chacun qu’il met lui-même en œuvre ce qu’il reproche à l’accusé (on pense à la paille et la poutre, ou au fameux « que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre »). Et, contrairement aux 11 autres, il s’intéresse à l’accusé comme être humain à part entière, sans le réduire à une catégorie (pauvre, immigrés, délinquant).

D’autres indices portent à cette lecture biblique : les 12 jurés font penser aux apôtres (et aux 12 tribus d’Israël). La pluie qui s’abat sur la ville alors que les jurés sont partagés à 6 contre 6 évoque le Déluge, dont la fonction était de faire repartir l’humanité sur de nouvelles bases. Et puis il y a ce premier plan, montrant la façade du palais de justice, qui monte vers le ciel, puis qui redescend pour parvenir enfin à l’intérieur du tribunal. Un symbole religieux.

Au-delà de la mise en scène, d’une grande sobriété et d’une efficacité étonnante, de l’exercice réussi de cinéma, ce huis clos de référence est un éloge du doute. Hautement recommandable à notre époque où le lynchage, même s’il n’est que médiatique, est immédiat sans prendre le temps d’y « regarder à deux fois ». À montrer dans tous les lycées pour apprendre à se méfier des certitudes et des apparences.

7,5

Jduvi
8
Écrit par

il y a 4 ans

Douze Hommes en colère
socrate
9

Il n’y a pas de doute valable, la justice, c’est Fonda mental !

Rendons à César ce qui appartient à César : c’est Fonda le coupable du crime. Comment comprendre qu’il soit seul à estimer le jeune potentiellement non-coupable, alors que tout le désigne ? La raison...

Lire la critique

il y a 9 ans

324 j'aime

44

Douze Hommes en colère
Gand-Alf
10

Un coupable idéal.

Nom d'une galette au beurre, c'est-y que je viens d'arriver à ma millième critique ! Par Imogène, je me dois de marquer le coup, en m'attardant sur un classique indétrônable du cinéma, un film de...

Lire la critique

il y a 8 ans

265 j'aime

24

Douze Hommes en colère
Grard_Rocher
9

Critique de Douze Hommes en colère par Gérard_Rocher

Dans les années cinquante aux Etats-Unis, la cour d'un tribunal doit rendre son verdict à l'encontre d'un tout jeune homme accusé d'avoir tué de sang-froid son père. Les douze jurés vont délibérer...

Lire la critique

il y a 8 ans

180 j'aime

59

Gloria Mundi
Jduvi
6
Gloria Mundi

Un film ou un tract ?

Les Belges ont les frères Dardenne, les veinards. Les Anglais ont Ken Loach, c'est un peu moins bien. Nous, nous avons Robert Guédiguian, c'est encore un peu moins bien. Les deux derniers ont bien...

Lire la critique

il y a 2 ans

15 j'aime

10

Effacer l'historique
Jduvi
5

C'est pas beau de vieillir

C’est pas beau de vieillir… Un titre d’article déjà utilisé pour le décevant Place publique de Jaoui/Bacri. Comme eux, le couple Kervern/Delépine fut drôle à ses débuts. Louise-Michel, Mammuth...

Lire la critique

il y a plus d’un an

12 j'aime

Little Joe
Jduvi
7
Little Joe

Paradis artificiel

Ce qui frappe en premier lieu dans Little Joe, c'est le jeu sur les couleurs. On peut adorer ou détester, mais il y a là incontestablement un part pris esthétique, ce qui, pour moi, est toujours le...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime