Avis sur

Downton Abbey par Christine Deschamps

Avatar Christine Deschamps
Critique publiée par le

Figurez-vous que la noblesse anglaise est composée, contre toute attente, de vraies personnes, avec des espoirs et des doutes. Si. C'était déjà tout le postulat de base échevelé de la série, qui perdait en intensité dès la fin de la première saison, et s'amusait à entremêler les destins d'une famille d'aristocrates sympathiques et de ses domestiques qui l'étaient moins. Le biais était là dès le début. Il ne faut pas compter sur le film pour discréditer l'idée même de hiérarchie des classes, puisque les laquais s'y montrent parfois infiniment plus arrogants que les maîtres... Plus royalistes que le roi, en somme. Et si jamais l'un d'eux parvient à toucher le gros lot, c'est qu'il avait du sang noble, à l'insu de tous... la morale est donc sauve, à condition qu'on entende par morale la préservation d'un ordre social intransigeant et inégalitaire. Même les cuisinières à sympathies gauchistes se prennent à ferrailler pour rétablir les préséances. Autant dire qu'on ne nage pas là dans des eaux progressistes, même si l'idée de modernité sous-tend toutes les saisons... que vont devenir nos noblaillons préférés face à l'émancipation des peuples ? Entre résignation et volonté farouche de lutter, ils abordent l'année 1927 avec la bonhommie qu'on leur connaît, et s'apprêtent à recevoir Leurs Majestés en personnes. Toute une effervescence ! Au final, le passage sur grand écran n'apporte pas grand-chose, à part le sentiment d'une tournée d'adieux qui drague éhontément la nostalgie du public. Une sorte de "binge" de la série qui laisserait presque un soulagement que ça soit bel et bien fini. Tant de bons sentiments et de bonne conscience de classe pourrait écœurer...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 121 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Christine Deschamps Downton Abbey