Advertisement

La "menace" en question c'est la débilité de cet OAV

Avis sur Dragon Ball Z : La Menace de Namek

Avatar The Reg
Critique publiée par le

(Spoilers) Alors que Gohan s’amuse à dresser son dragon en sifflant dans une scène aussi ridicule qu’inutile, des méchants extra-terrestres envahissent la terre… encore. Un vieux méchant nommé Slug veut les Dragon Ball pour retrouver sa jeunesse… encore. Il parvient à ses fins et compte dominer la terre… encore. Sangohan sort en douce de chez lui pour essayer d’arranger la situation... encore. Piccolo le sauve juste avant qu'il ne se fasse tuer… encore. Ai-je besoin de préciser que ce film ne fonctionne pas question chronologie... encore ? Les sbires se font avoir par les faire-valoir de la team Z comme Piccolo... encore. Mais c’est à Sangoku de tout régler en combat singulier... encore.

Pour ça, vu que Slug est trop fort pour lui, il se transforme en simili Super Saiyen. C'était avant que Toriyama ne décide à quoi ça ressemblerait, donc forcément une fois que le vrai Super Saiyen est apparu dans la série, ça ne fonctionne plus. Il fait donc une transformation plus proche d'un Super Kaioken... dans tous les cas, c'est pas terrible.

Slug n’a pas le choix, il enlève une partie de ses fringues et dévoile qu’il est en fait un Namek. Il devient gigantesque et là Sangoku n’est à nouveau plus à la hauteur (au sens propre comme au figuré... ha ha). Vous noterez le schéma très fréquent dans les films : Sangoku pas assez fort, il se transforme et devient le plus fort, l’autre aussi donc et il redevient le plus fort, Sangoku trouve une attaque de la mort qui tue, généralement un Genki-Dama. Il y a des variantes mais dans l’ensemble c’est pourtant ça.

Et la manière de vaincre le méchant Slug... ri-di-cule. Attention, il suffit de… siffler. Parce que, je retranscris ce que dit Kaioh qui décidément adore expliquer aux neuneus ce qu’il se passe à l’écran « Tout comme les humains ne peuvent supporter le crissement de la craie sur un tableau, Slug ne peut supporter les sifflements qui atteignent certains nerfs de ses conduits auditifs ». Du grand art. Ca veut dire aussi qu’un bambin de 5 ans sans aucun pouvoir pourrait le battre. Vous ai-je précisé que Slug craint un max ? Et puis bon, Slug perd quasiment toutes ses forces, un humain qui entend un crissement peut être gêné mais il ne perd pas toutes ses forces.

Ah oui et puis Kaioh nous apprend aussi que, tout comme le très haut, Slug a été envoyé sur une autre planète avant les bouleversements climatiques qui sont survenus sur Namek. Copié/collé N°163 repéré. Enfin bref, comme Slug a été blessé nos amis profitant de cette terrible arme qu’est le sifflement, il s’énerve et s’apprête à détruire la terre. Du coup pour l’emporter, Sangoku utilise le Genki-dama… encore. Avant l’éclat de rire final traditionnel… encore. Ce film est donc un des pires. J’accorde deux bons points, tout d’abord le film a quelques musiques inédites pas mal, et dans la chambre de Sangohan il y a un poster d’une McLaren-Honda. Mais évidemment ça ne le sauve pas du raté.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 506 fois
4 apprécient

The Reg a ajouté ce film d'animation à 1 liste Dragon Ball Z : La Menace de Namek

Autres actions de The Reg Dragon Ball Z : La Menace de Namek