Après le porno, la perceuse vs. New-York

Avis sur Driller Killer

Avatar Vladimir_Delmotte
Critique publiée par le

Sorti en 1979, Driller Killer constitue le premier film de la filmographie "officielle" d'Abel Ferrara (sa première réalisation ayant été un porno).

Ferrara nous offre ici une oeuvre étrange et singulière typiquement ancrée dans les seventies. Si le long-métrage est finalement très facilement oubliable, il en reste un résultat et un personnage très intéressant. L'atmosphère se situant entre le poisseux, la violence et le Rock'N Roll y est pour beaucoup dans l'intérêt que les spectateurs avertis offriront au film.

Reno, interprété par Ferrara lui-même sous un pseudonyme, semble confronté à l'errance dans l'immensité et le bruit new-yorkais alors que celui-ci semble essayer tant bien que mal de vendre ses peintures. Peu à peu, le personnage semble sur le point de sombrer face à l'anarchie que représente son environnement. Comme l'annoncent subtilement les affiches du métrage, le jeune homme artiste finira par succomber à ses démons et à la violence en dirigeant sa vengeance contre ceux ayant déjà craqué face à la pression qu'exerce la ville.
De cette manière, le cinéaste exprime que Reno refuse de voir l'échec des autres car il se projette lui-même dans ces êtres devenus des déchets sociétaux. Ferrara fera de son personnage principale un tueur sanguinaire armé d'une perceuse assassinant finalement ses propres reflets.

Driller Killer glisse plus vers une ambiance proche du slasher dans sa seconde moitié qui peut paraître comme une intrusion dans le récit, mais cohérente avec le propos que veut véhiculer le cinéaste. Cela participe également à renforcer ce sentiment pour le spectateur d'être face à un ovni cinématographique bien particulier.

Ferrara nous offre une oeuvre intéressante, bien qu'oubliable, en guise de premier vrai long-métrage. Il semble se mettre en scène dans sa lutte contre New-York ainsi que la folie qu'elle contient, comme s'il soulignait le danger d'être un artiste dans une mégalopole de la sorte. Finalement, Driller Killer reste une bonne entrée dans la filmographie du cinéaste, même si paradoxalement, elle reste réservée aux cinéphiles avertis.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 69 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Vladimir_Delmotte Driller Killer