Paris leur appartient.

Avis sur Du rififi chez les hommes

Avatar JanosValuska
Critique publiée par le

Dassin, alors en pleine fuite du maccarthysme, s’installe à Paris et y tourne cette tragédie dans le cercle des truands. Adapté d’un roman d’Auguste Le Breton, Du rififi chez les hommes annonce autant (le film datant de 1955) le Melville du Cercle rouge que le Verneuil de Mélodie en sous-sol, et pourquoi pas le Mann de Heat, tout en faisant écho au chef d’œuvre de Jacques Becker, Le trou, dans une partie centrale, silencieuse, groupée, qui fait la part belle à la durée, aux gestes, au lieu, au climat sonore. Une séquence brillante à l’image du film tout entier, qui s’approprie intensément l’urbanisme parisien. Un grand film de casse. Un grand film, tout court.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 9 fois
1 apprécie

Autres actions de JanosValuska Du rififi chez les hommes