👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'avoue être un grand lecteur de Frank Herbert. Lu et relu l'intégralité de la saga, et en particulier Dune.
Le début du livre lui-même m'a toujours semblé assez ennuyeux, l'intérêt venant quand le mahdi Paul Atreide découvre les pouvoirs mutagènes de l'épice.
Manque de pot, Denis Villeneuve n'a traité que ce prequel, en un découpage qui en ote les maigres ressorts intéressants.
Non dénués de grandeur, les personnages sont d'une fadeur soporifique, la direction d'acteurs semblant s'acharner à les vider de toute profondeur. Mettre en scène un baron Harkonen moins effrayant que son modèle tout droit sorti de Star Wars relève de la performance.
La scène de l'épreuve, qui dans le roman prend une dimension digne d'Edgar Poe par sa charge d'angoisse, de terreur, n'est ici qu'une suite de visions sitôt oubliée. La mystique et les rituels fremen autour de l'eau, centraux dans le livre sont pratiquement évacués, au profit de scènes sans grand intérêt dramatique.
Un bon point est la très brève intervention de Jason Momoa qui n'a pas le temps de gâcher la soupe, tant son rôle, capital dans la littérature, est gommé dans ce scénario.
Sans révéler outre mesure l'intrigue générale de la saga, les éléments les plus passionnants en sont les Fremen et les Bene Gesserit dans leur relation avec Paul, que le scénario survole en ne se centrant que sur le piège tendu aux Atreides et son sinistre dénouement. Pour moi c'est un non sens romanesque.
Reste l'image. Bluffante au point qu'on s'en fiche de l'action, par ailleurs sans grande originalité dans le traitement, des personnages et de leurs tribulations, ne parlons pas de psychologie ni d'émotion, ce n'est pas plus le sujet de Villeneuve que dans son Blade Runner.
L' étrange sentiment d'être uniquement bouleversé (mais très, je reconnais) par la beauté formelle est ce que je retiens le plus de ce film.
Et le Shai Hulud, aussi grandiose que Herbert le dépeint...

B3ll1n
7
Écrit par

il y a 7 mois

1 j'aime

1 commentaire

Dune
B_Jérémy
9
Dune

Blockbuster d'auteur époustouflant !

Je fais des rêves. Sur une fille d'Arrakis. J'ignore ce que ça signifie. Les rêves font de belles histoires. Ce qui compte c'est quand on est éveillé. Dis donc, tu as pris du muscle. Ah...

Lire la critique

il y a 8 mois

156 j'aime

140

Dune
Goomba_KingSize
5
Dune

Une traversée du désert

En préambule, je tiens à préciser que je n'ai ni lu le roman, ni vu la première adaptation de 1984. Je me considère également comme étant profane en matière de cinéphilie. Non pas que je déteste le...

Lire la critique

il y a 8 mois

134 j'aime

47

Dune
Procol-Harum
7
Dune

Le sable dont les rêves sont faits

S’il faut le voir pour le croire, alors nous croyons rapidement : en une poignée de scènes seulement, Dune flatte la rétine par ce visuel duquel germe une floraison de lumière et de clair-obscur,...

Lire la critique

il y a 8 mois

134 j'aime

1

Le Bal des folles
B3ll1n
9

Histoire de pouvoir (s)

Quiconque cherchera un film fantastique avec gore et zombies passera à côté de ce chef-d'œuvre politique. Politique par son analyse de l'aliénation de la femme, toute entière soumise aux diktat...

Lire la critique

il y a 8 mois

1 j'aime

Don't Look Up - Déni cosmique
B3ll1n
4

Quand vouloir faire du Emmerich sans faire du Emmerich, amène à regretter Emmerich !

Meryl Streep et Cate Blanchet, geniales en folles manipulatrices, peinent à sauver ce navet ni fait ni à faire. Di Caprio à contre-emploi en loser pathétique ne semble jamais à l''aise ni dans les...

Lire la critique

il y a 5 mois

2

L'Agence
B3ll1n
3
L'Agence

Matt Damon en chute libre

Pas grand chose à retenir de ce film mal ficelé, tout en raccords à la serpe sans logique perceptible ( seul hommage à K.Dick, pas nécessairement son meilleur aspect). Une métaphysique capilotractée...

Lire la critique

il y a 7 mois