ORL

Avis sur Dunkerque

Avatar FarfaLaurélys Enfant Perdu
Critique publiée par le

Blockbuster sans effets spéciaux.
Blockbuster d’auteur.
Blockbuster qui vous fait perdre vos repères (ligne d’horizon, lieux-espaces-temps, les mouvements des bateaux…).

  • Avis général :

Il a des « défauts » « des manquements » ou et des choix artistiques qui ont dû m’échapper, mais ils sont supportables vu que le film est un parti pris audacieux et qu’il est de belle qualité.

  • INCOHERENCES :

'Alexandre Dumas: Qu'importe de violer l'Histoire, pourvu qu'on lui fasse de beaux enfants !

Pour le coup c’est un film à voir dans un home cinéma ou au cinéma.

J’ai eu des fous rires car je m’imaginais passer les tests auditifs chez mon ORL.
Du coup, le travail sur le son m’a beaucoup amusé, séduite.

La cohabitation entre le son et le mutisme est ce qui m’a le plus scotchée sur mon siège. La musique est sublime pas dans le sens agréable, symphonique, mais tellement organique, connectée avec l’image, les émotions du spectateur ouvert et non hermétique.

Film de guerre esthétique, très carte postale, surprenant pour le genre.
Il peut convenir, plaire aux personnes qui n’apprécient pas ce genre à cause des diverses violences physiques, de l’hémoglobine, démembrements qui sont absents de ce film.

Dans ce film, la violence est plus sensorielle et a un certain degré psychologique car l’ennemi n’est jamais identifié, aucun soldat allemand n'apparait clairement à l’écran. (sous-marins - tirs - bombardiers).

  • Questionnements :

Pourquoi c’est Aneurin Barnard un acteur anglais qui joue le rôle d’un soldat Français ? Si Nolan voulait faire un film Réaliste ?

Quelle est l’utilité de créer des espaces-temps différents s'il n’y a pas à la suite de la montée en puissance : une chute vertigineuse ?

Exemple parlant :

Dans l’espace-temps de la MER, l’officier du CEB interprété par Cillian Murphy me pose grandement problème. Car on ne saura jamais comment il s’est retrouvé en pleine mer et qu’est-ce qui a pu provoquer une commotion à ce pauvre homme. On sait juste qu’il a été attaqué par un sous-marin.

Peu de temps après, on apprend via l’espace-temps de la Mer (donc belle continuité) qu’il était sur l’embarcation qui sauve les soldats pour les ramener sur la jetée. On repasse à un autre espace-temps les AIR je crois. Donc à ce moment-là il est légitime de s’attendre à ce qu’il arrive un truc d'ouf, et la tension se renouvelle car on s’inquiète pour les trois jeunes soldats (Tommy, Gibson et un autre);

Mais fait surprenant on ne reprendra jamais la suite de son histoire. Le pourquoi du comment et du quand ne sera jamais dévoilé. On en conclu donc, que cette fameuse embarcation s’est faite torpillé. Et que lui a vrillé devant ses camarades morts. Mais du coup, c’est avec les trois jeunes soldats qui nous manque une partie du puzzle.

Le spectateur a du mal à situer l'ordre des évènements, combien de temps durent les choses et quand elles interviennent, les soldats sont confus au sujet de la durée de la marée, 3h ou 6h.

Une analyse de CHRISTOPHER GUYON qui m’a particulièrement intéressé : « Dunkerque est un film scientifique, une réflexion sur des limites que nous ne maîtrisons pas ».

  • Le Réalisme quand ça l’arrange ?

Est-ce dû à une limitation technique le fait que par moments des bandes noires apparaissent ? Ou un choix assumé au nom de l’Art ?

Peut-être que par moments dû à la sensibilité de la pellicule pour les scènes sombres. Et d’autres fois c'était des plans de coupes filmés par une caméra supplémentaire pour avoir plus d’image.
L’empathie naturelle permet de ne pas être dérangée par l’absence d’historiques personnels.

Ce sont les actions qui font que tu t'attaches ou non. Le passé est utile pour mieux comprendre la lecture psychologique des personnages, mais dans ce film, ce qui compte c’est l’instant T.
Au début, je les trouvais super écolos, moi qui allais en teuf, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer la qualité de l’état de la plage malgré la présence de tant d’hommes. J’allais tirer mon chapeau. Quand j’ai constaté ce qui se passait en mer là j’ai vrillé.

200 Millions de dollars il ne pouvait pas éviter lors des destructions des maquettes de les laisser sous l'océan ? Se trouer le cerveau pour offrir une illusion, sans passer par le numérique, le fake ??? J’espère qu’il a fait ramasser et recycler un à un tous les débris et déchets que ce film a engendré. J’ai assisté à un énième massacre écologique juste pour divertir. Et la mémé n’est pas contente.

Je n’ai pas été stressé surprenant vu que je suis sujette aux crises de panique, mais sur moi ça n’a pas eu l’effet escompté, j’étais plus médusé par la magie du travail sonore, étant malentendante, il n’y a qu’un genre totalement accessible en matière de son, bruits, à savoir le film d’horreur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 233 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de FarfaLaurélys Enfant Perdu Dunkerque