Une plage qui prend l'eau...

Avis sur Dunkerque

Avatar nostromo
Critique publiée par le

Dunkerque a reçu sa bonne dose de flak, en partie (mais pas que) parce qu'il déçoit certaines attentes qu'on peut avoir dès qu'un film gros budget s'attaque à la guerre. Le syndrome "soldat Ryan" est sans doute passé par là, je l'avoue. Or Nolan nous sert ici un film sans grand spectacle, sans morceaux de bravoure presque, et d'une structure rusée et un poil déroutante. J'ai été séduit personnellement par cette approche qui ressert un gigantesque désastre autour d'une poignée d'incidents tragiques qui s’avéreront liés entre eux. La photographie bleutée donne un ton assez froid, presque distancié, à une action pourtant pleine d'horreurs. Un film surprenant et hélas très imparfait.

Dunkerque est davantage une série de scénettes théâtralisées qu'un vaste panoramique de la situation. La plage de Dunkerque est à peine "maquillée", le temps présent à peine dissimulé, et les files d'attentes étrangement silencieuses au bord de l'eau ont quelque chose d'irréel. Les attaques des stukas sont comme en carton pâte, le naufrage des bateaux à quai presque "cheap". Nolan va d'ailleurs se concentrer sur peu de décors : le ciel au-dessus de la manche, le petit bateau d'un civil courageux, le quai où un amiral attend les secours, un bateau échoué sur la plage...On ira d'un endroit à l'autre, avec comme fil conducteur la mission aérienne de Tom Hardy, dont le cours syncopé assure la chronologie et la cohésion du récit. Là aussi j'ai aimé ce découpage inattendu, mais il est clair que cette sobriété artificielle donne un côté "la guerre pour les nuls" un peu agaçant...

La théâtralité de Dunkerque est accentuée par des personnages souvent laconiques, parfois carrément mutiques, ou s'exprimant avec un flegme détaché (le jargon calme des pilotes est troublant au milieu du carnage en cours). J'ai aimé cet aspect du film, qui offre peu de mots (mais Kenneth Brannagh est un point faible ici) face à une horreur simple, celle du meurtre imminent. On notera que Nolan privilégiera ici un type particulier de mort, la mort par noyade, avec toute cette panique affreuse et claustrophobe qu'elle implique. Peu de sang, beaucoup de mort donc.

Le film n'est pas sans lourdeurs. L'arrivée des "sauveurs" , le discours de Churchill dans le train, la confrontation entre français et anglais, le personnage maladroit de Brannagh, etc.. Il y a aussi des longueurs dans l'étirement des duels aériens, un suspens ne peut pas rester un suspens indéfiniment. Trop stylisé, un peu trop appuyé sur ses archétypes (pauvre Cillian Murphy, mal utilisé!), Dunkerque ne fait pas date je crois.
Pour autant ce n'est pas si mal en fin de compte. On appréciera que Nolan , en suivant ses jeunes protagonistes, nous rappelle aussi une règle essentielle des grands conflits, à savoir qu'il s'agit du massacre de jeunes générations anonymes orchestré par de célèbres vieux ....

Bon je ne recommande pas, mais on passe une soirée acceptable je crois. Je subodore que le film sur Churchill aura plus de punch!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 194 fois
3 apprécient

Autres actions de nostromo Dunkerque