Cobayes

Avis sur Écrire pour exister

Avatar EliseMarty
Critique publiée par le

Personne n'en parle jamais ouvertement mais il y a parmi les profs des petits savants. Et comme tous les petits savants, ils font des expériences. Prendre une promotion, n'enseigner qu'à cette promotion, et cela pendant quatre ans, ce n'est pas de l'enseignement mais une étude de cas pratique.

Ce film nous parle, comme plein d'autres, d'un prof passionné qui veut changer la vie de ses élèves par l'éducation. En ça, puisque le film est tirée d'une histoire vraie, c'est relativement respecté. Très. TRES romancé mais respecté. C'est à dire qu'étudier Anne Franck et Roméo et Juliette en cours de littérature, c'est plutôt... normal. C'est assez difficile de juger ce film dans son époque pour moi puisque l'école en 2020 est l'évolution d'une mouvance qui a commencé justement en 1990-2000.
De fait, je crois tout à fait en cette femme dévouée qui supporte sa promotion à bras le corps et donne de son temps et de son énergie sans compter pour promouvoir une pédagogie peu utilisée à son époque. Je crois un peu moins qu'une fille de riche travaille le soir et le week-end pour financer des restos à ses élèves. Du moins, pas longtemps. Après, les Etats-Unis, c'est pas la France. Il paraît que c'est une réalité là-bas de faire 80h par semaine pour consommer au maximum. Pourquoi pas.

Par contre, s'il y a une chose en laquelle je ne crois pas, c'est en son honnêteté intellectuelle. Cette femme, Erin, la vraie Erin, a enseigné UNIQUEMENT à cette promotion durant 4 ans avant de partir ... enseigner à l'université et faire des conférences TED en sortant son livre écrit par ses élèves.
N'importe qui sur cette planète peut demander à des élèves d'écrire un journal intime pendant 2 à 4 ans à ses 150 élèves et sortir un livre de 300 pages de qualité. Certes, c'est une très belle initiative, il ne faut pas enlever ça. Encore une fois, Erin doit être une bonne prof. Mais ce n'est pas non plus un génie comme décrit dans le film.
Déjà parce qu'elle ne cite pas ses inspirations pédagogiques alors que j'ai quelques noms qui datent du 19ème en tête, ensuite parce qu'elle donne une vision vraiment beaucoup trop romancée, ce qui cache des problèmes évidents. Elle emmène ses élèves au musée dans sa propre voiture avec l'aide de son père ? Ce qui signifie que sur 150 élèves seuls 8 maximum pourront y aller. 8 élèves ce n'est pas de la pédagogie mais du favoritisme. C'est un peu le problème, en fait. Si on évalue un enseignant à l'exception, ce n'est pas honnête.
Même une énorme baltringue comme moi peut emmener des gosses à l'université. Parce que même la pire pédagogie arrive à accrocher quelques élèves, parce qu'ils n'ont pas que Littérature dans la vie, parce que statistiquement tu as quelques élèves qui veulent réussir, même dans le pire ghetto du monde.
Un enseignant s'évalue sur sa capacité à emmener UN MAXIMUM d'élèves AU PLUS HAUT de leur potentiel, sur une CARRIERE.

Prof, c'est un travail de longue haleine. C'est la capacité à s'adapter à un public, à un individu, à une génération pour donner un savoir universel. Parce que ce savoir est universel et lie les individus d'une société, l'élève pourra devenir citoyen. C'est ça, la philosophie derrière l'école.

Mais qu'a fait Erin juste après ces quatre années ? Partir. Sa superbe méthode novatrice qui a sauvé la vie à des enfants et qui les a sorti de la rue, au lieu de l'utilisé elle s'en va. Elle a changé de carrière. Elle est devenue riche et célèbre grâce à ce livre écrit par ses élèves. Vous imaginez, vous, aujourd'hui, si je sortais un livre avec les rédactions de mes mômes et si je gagnais de l'argent avec ? Vous imaginez le SCANDALE ?

Pour faire bonne figure, elle a fondé une association. Parlons-en.

Si on se renseigne un peu sur son association, il y a une poignée d'exemples de réussite sociale parmi les 150 élèves qu'elle a eu pendant quatre ans. En même temps, est-ce une histoire de liste ? Pas forcément. Encore une fois, l'inverse aurait été TRES étonnant. 150 élèves et personne à l'université publique du coin ? En 1990 l'ascenseur social était encore une réalité.
De plus, on voit que cette association sert à "former des enseignants à sa pédagogie" et à vendre le livre. On estime à 400 les enseignants formés. 400 depuis 1999... nul. En plus elle n'a rien à mettre sur le tapis depuis sa promotion, comme si elle n'avait rien fait de concret et palpable depuis. D'ailleurs, la partie "événement à venir" est vide...

J'aimerais croire en Erin. Mais elle me fait penser à tous ces super profs qui écrivent des blogs de pédagogie sur internet. Ils n'écoutent pas leur propre conseiller pédagogique et font à leur sauce. Puis après quelques années, grâce à leur notoriété, ils écrivent un livre et arrêtent s'enseigner. Ou alors ils deviennent les conseillers qu'ils n'écoutaient pas. Erin ne serait JAMAIS devenue conférencière à l'université avec un petit diplôme pour faire prof. Elle a eu une ascension fulgurante, elle a cramé les étapes grâce au succès.

A la fin, c'est difficile de savoir si on est face à quelqu'un de passionné ou de... carriériste. L'un dans l'autre je pense qu'elle doit plus à ces 150 enfants que l'inverse. Et j'espère. J'espère VRAIMENT qu'elle a au moins à moitié réussi à changer leur vie que ce que le film montre. Mais je n'arrive pas à y croire parce qu'aujourd'hui, Erin est encore en train de ramasser les miettes de son succès avec une série netflix sur sa vie. Elle n'a pas écrit de livres sur la pédagogie, elle n'a rien fait de nouveau pour l'enseignement. A 23 ans elle avait l'énergie d'avoir 2 boulots pour payer à ses élèves un resto et depuis qu'elle peut vivre des recettes de son livre. Rien. Les bourses d'études sont données grâce aux dons, ce n'est même pas son argent propre.

Quelqu'un qui veut sauver la jeunesse désœuvrée ne ferait pas ça. Je n'arrive pas à y croire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 246 fois
4 apprécient

EliseMarty a ajouté ce film à 1 liste Écrire pour exister

Autres actions de EliseMarty Écrire pour exister