👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Comme très souvent chez les deux compères de Groland, on se dit : "Ha , on y était presque!"
Ils ont le don du pitch de départ enthousiasmant, le génie de scènes qui touchent au coeur, le mérite de développer un propos social à la fois bouleversant et drôle, mais l'ensemble reste brouillon, et parfois hélas un peu mièvre (par fainéantise ou manque de travail?).
Peut -être serait il temps de passer à une mise en scène un peu plus affirmée, leur filmographie majoritairement low-fi et faite de plans-séquence pouvant finir par lasser et donner cette fausse impression de films à sketches, ce que le cinéma de Kervern-Delépine n'est d'ailleurs absolument pas, malgré la récurrence de cette appellation dans les critiques.
Trouver de temps en temps une fin un peu digne de leur propos et à la hauteur du pitch initial ne serait pas non plus du luxe . Mais enfin bon, on n'est justement pas dans le luxe, toutes ces habitudes font désormais partie de leur manière, on prend ou on laisse.
Ici, on prendra, parce que le film est porté par d'excellents comédiens, évidemment Blanche Gardin dont le talent n'arrête pas d'éclabousser la pellicule (c'est vraiment du 16mm au fait? on est sûrs de cette info?) Podalydès touchant, Masiero, bon, elle fait ce qu'elle sait faire, mais plutôt bien, et de succulentes apparitions de comédiens habitués à leur univers (Yolande Moreau, coupée au montage, manque terriblement!) donnent un charme fou à ce film évidemment bancal et non pas inachevé, mais mal achevé. Plus angoissant que drôle d'ailleurs, il est en tout cas indispensable à notre époque en appuyant bien partout là où notre époque justement nous fait mal, parfois avec acuité et talent, parfois avec un peu plus de lourdeur.

Les réalisateurs nous disent qu'ils arrêtent le film social, dommage, on attend alors avec impatience la suite de leurs aventures.

sonicdream
7
Écrit par

il y a plus d’un an

Effacer l'historique
PierreAmo
8

Houellebeckettien. Sur les Sisyphe&Tantale de la "meilleure offre". Beckett? Ionesco? Monty Python?

(Je suis désolé pour encore un mikado de remarques branlantes... juste après le film). "...le portrait au vitriol d'une société (post soviétique) où règnent l'absurde et le désespoir" (dit SC...

Lire la critique

il y a 2 ans

23 j'aime

10

Effacer l'historique
NilMinamoto
2

Effacer ma mémoire encore vive

Au moment où je commente ce film, à sa sortie, il est noté 6.6. Bonne nouvelle me direz vous ? Et c'est exactement ce que j'ai pensé. Une amie m'avait proposé de le voir au cinéma et j'ai fait ce...

Lire la critique

il y a plus d’un an

22 j'aime

7

Effacer l'historique
dilligaaf
4

La France des ronds-points

C’est un film moyen. À sketch, qui donne une sensation de longueur dans l’avancée du récit. Le casting pourtant est prometteur : Corinne Masiero et Blanche Gardin, avec elles deux, il y a de quoi...

Lire la critique

il y a plus d’un an

16 j'aime

Edmond
sonicdream
4
Edmond

C'est un peu lourd jeune homme...

Peut-être Edmond avait-il mérité son succès au théâtre. Cette adaptation au cinéma donne en tout cas envie d'aller voir la pièce sur scène pour pouvoir comprendre le phénomène. Car ici, même si on...

Lire la critique

il y a 3 ans

10 j'aime

9

Guy
sonicdream
9
Guy

A nos pères

L'essentiel de ce film tient peut-être dans sa dédicace initiale: "A nos pères". Les 100 minutes restantes n'étant alors plus que la magnifique illustration de ce questionnement essentiel de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

Emily in Paris
sonicdream
4

Alice in Disneyland

Allez, avec une grosse grosse dose d'humour et un sens du 5eme degré bien développé, il est possible de visionner cette série (quand on est français) comme on visite Disneyland (quand on n'est pas...

Lire la critique

il y a plus d’un an

6 j'aime

4