👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

#Cette critique ne dévoile pas l'intrigue du film# Trop souvent présenté comme un simple remake de Rio Bravo, El Dorado est certes une revisite du même thème (mais ce n'est pas une nouveauté dans l'histoire du Western) mais il est surtout la quintessence du western classique, une œuvre au scénario bien plus étoffé et complexe que son modèle et c'est très bien ainsi, là où Rio Bravo sonnait classique, peut-être trop classique, El Dorado apporte son lot de personnages secondaires et d'enjeux personnels bien plus intéressants.

John Wayne n'a jamais été autant cowboy, puissant et cool, magnant son colt comme l'extension de son bras. Il marche dans la ville comme si elle lui appartenait, il marche dans l'Ouest encore sauvage comme s'il avait été créée pour lui seul, homme de l'Ouest portant l'honneur sur lui, mais aussi faillible (et cet un aspect intéressant de son personnage). Il a rarement été aussi bon dans un western, à part peut-être dans L'homme qui tua Liberty Valance ou La rivière rouge.
La mise en scène classique de Hawks rend parfaitement hommage aux situations et à l'ambiance recherchée, les acteurs sont parfaitement dirigés, mention spéciale à James Caan encore tout jeune qui tient le rôle du kid de service et qui efface parfaitement la performance moyenne et sans âme de Ricky Nelson le jeune cowboy chantant de Rio bravo, un peu agaçant le garçon...un petit régal cette arrivée de Caan dans un bar rempli de tueurs...John Wayne guettant la scène du coin de l'oeil.

Les personnages féminins sont également bien plus intéressants, plus profonds que dans Rio Bravo où il était réduit à l'habituelle femme soumise, faussement libérée. Ici, Charlène Holt aime le héro, mais elle lui tient tête et c'est assez rare pour être remarqué, quand à Michelle Carey, son personnage de jolie jeune femme en passe de se libérer de l'autorité paternelle mais tout de même en quête d'un cowboy à admirer, apporte une jolie fraîcheur au casting. Robert Mitchum, le copain shérif qu'on vient aider, remplace Dean Martin qui était très bien dans son rôle de shérif alcoolique dans Rio Bravo (sans doute un peu mieux que Mitchum, mais cela tient plus à l'écriture du rôle qu'à l'interprétation sans faille des deux acteurs). Martin composait un personnage plus sombre, plus réaliste que ne l'est celui de Mitchum qui n'est pas l'alcoolique totalement dépressif, mais celui qui réussit encore à sourire et à blaguer; la gravité de la situation qu'il vit devrait au contraire le rendre vraiment nerveux... Peut-être le petit couac qui me fait ne pas mettre dix à ce film de Hawks. Mais Mitchum est aussi cool qu'à l'habitude, une belle performance.

El Dorado est la résistance du western hollywoodien classique qui doit faire face à la même époque à la magnifique offensive Sergio Leone. En 1966, année du film, il y a aussi Le Bon, la Brute et le Truand... deux mondes, le même thème, deux grands films. Pour finir le thème musical qui illustre le générique du début est très réussi, entêtant et se prête à merveille aux rebondissements du film, il nous plonge dans une vision sublimée du Far West accompagnant parfaitement les superbes tableaux d'Olaf Wieghorst. El Dorado, un chef d'œuvre, sans doute l'un des derniers grands westerns classiques!

Gilliusdanslasalle
9

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 3 ans

1 j'aime

El Dorado
Docteur_Jivago
9
El Dorado

Les temps changent... mais Hawks reste fidèle à lui-même.

Pour ne pas devoir affronter son vieil ami le shérif Harrah, Cole Thorntorn refuse un travail consistant à déloger une famille. Mais c'est pour ce même ami qu'il reviendra quelques mois plus...

Lire la critique

il y a 7 ans

28 j'aime

3

El Dorado
Pruneau
8
El Dorado

Encore Bravo

Un western de Hawks avec John Wayne, un alcoolo, un vieux, un jeune puceau et une nana, tous coincés dans une prison, eh ben non ce n'est pas Rio Bravo. Sept ans après, le facétieux Howard s'amuse et...

Lire la critique

il y a 10 ans

25 j'aime

10

El Dorado
Kowalski
8
El Dorado

Pâle copie? Oh que non!

Fin des années 60, période difficile pour les réalisateurs "classiques". Hollywood connaît une mutation qui voit le déclin de réalisateurs tel Hitchcock ou Ford pour laisser la place à de nouvelles...

Lire la critique

il y a 7 ans

23 j'aime

4

Sérénade à trois
Gilliusdanslasalle
7

Lubitsch dans la dissidence morale

Poursuivant mes découvertes ou redécouvertes des films américains des années 30, je m'intéresse bien sûr au réalisateur Ernst Lubitsch, un incontournable pour qui souhaite en savoir plus sur le...

Lire la critique

il y a 1 an

2 j'aime

Cobra Kai
Gilliusdanslasalle
8
Cobra Kai

Un retour réussi sensei!

Le karaté et les arts martiaux ont été en partie popularisés par le cinéma, les gens se souviennent encore de Bruce Lee alors qu’il est mort en 1973, soit il y a déjà 48 ans, c’est dire quel impact...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

El Dorado
Gilliusdanslasalle
9
El Dorado

Wayne et Hawks au sommet de leur art.

#Cette critique ne dévoile pas l'intrigue du film# Trop souvent présenté comme un simple remake de Rio Bravo, El Dorado est certes une revisite du même thème (mais ce n'est pas une nouveauté dans...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime