Eli Malou

Avis sur Eli

Avatar Isaac Washington
Critique publiée par le

NON ! Ça ne marche pas, et ça ne marche pas DU TOUT !

Enfin, la seule bonne trouvaille de ce film réside dans cette toute première partie d'environ 10 minutes où l'on vois Eli, jeune garçon d'un dizaine d'année en impressionnante combinaison type radioactive, se rendre dans un lugubre hôpital pour subir un traitement contre sa maladie très rare : il pique une crise dès qu'il est a l'air libre car il a un grave problème immunitaire.

On se retrouve dans un classique Horror façon Jumpscares téléphonés et autres fantômes reflétés un peu de partout. L'idée de la buée, bien qu'exploitée de nombreuses fois partait comme fil conducteur du film, il n'en est rien.
Rien n'est inquiétant, rien ne fais peur, rien de surprend. Je pense que le film réunissait (à la base) a peu tout pour faire au moins une ambiance dégénérée avec quelques Jumpscares efficaces, ce n'est pas sans compter sur le manque de talent du réalisateur, qui visiblement ne maîtrise pas du tout son sujet (mon dieu le triple 180° de la glace de l'armoire est d'un grotesque)

Charlie Shotwell en Eli s'en sort pas trop mal dans l'ensemble, mais reste trop peu intimidant quand il faut l'être. D'ailleurs, le choix de son prénom aurait pu également donner quelque chose d'intéressant (Eli, est à la base on prophète biblique annonçant l'arrivé du Messie) au lieu de ça, le prénom est utilisé pour étoffer le jeu de l'acteur pour hurler "LIE LIE LIE" a travers l'hôpital ou pire :

371, le code a trois chiffres (huh ?) d'une porte donnant accès au l'aile Chirurgicale donné par les fantômes présents mais a l'envers (vraiment ?) Sont tordus ces esprits, ils font des jeux de piste a leurs frangins.

Bref on est très loin des productions James Wan (les Conjuring en tête) bien plus malins dans l’utilisation des ombres, angles de caméra et divers Jumpscares propre a la discipline.

Le final quand à lui est presque intéressant (mais pas avec ce maquillage) très a la mode depuis la série The Boys mais surtout dans le film BrightBurn qui a d'avantage exploité le filon du gamin complètement psychopathe. Le problème, c'est que Brightburn souffrait d'un jeu d'acteur bien pourri, ça donne du coup envie d’intervertir les gamins des deux films.

Un (télé)film Netflix qui sort avec deux-trois images chocs, arrive a faire un trailer hyper léché, mais qui a final est un banal produit pour la période d'Halloween.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3392 fois
5 apprécient

Autres actions de Isaac Washington Eli