👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Elizabeth, l'Âge d'or est le second volet du biopic consacré à la souveraine. Dans cette suite, Elizabeth, forte de nombreuses années de règne, a mis le trône d'Angleterre sous le signe de la prospérité. Toutefois, derrière cette apparente force se loge une vulnérabilité et une peur de faillir, à son royaume et à soi-même.

L'arrivée d'un pirate espagnol, explorateur, va lui faire toucher du doigt un autre monde : celui de l'expédition, de l'aventure, hors des normes, des conventions, de la Cour, mais aussi hors d'atteinte pour elle. Fidèle à sa condition de reine, elle trouvera un moyen subtil mais douloureux de vivre les délices et douceurs qui lui sont interdits: une vie par procuration à travers la figure de sa première courtisane, prénommée également Elizabeth. Autour d'elle gravitent donc cette dame d'honneur, qui a la fraîcheur qu'elle n'a plus, mais aussi ses conseillers qui commencent à faner, flétris par les années. Elizabeth, l'Âge d'or tient l'équilibre entre la dimension personnelle et historique du bopic, mêlant le sentimentalisme au drame et à l'action.

En proie aux doutes et éprouvée par le temps, Elizabeth va devoir relever des défis d'ordre personnel et liés à la Couronne. Cette deuxième partie met à l'honneur un contexte historique qui se prête au grandiose: la tentative d'invasion de l'Angleterre par l'Espagne et son Invincible Armada en 1588, déclenché par la résurrection des conflits de religion sur toile de fond du complot fomenté par Mary Stuart. Ce passage marque le film par ses images épiques et montre la reine Elizabeth en guerrière, arborant pour l'occasion une longue chevelure.

Le film sait plaire par un éclairage divers des facettes du règne d'or d'Elizabeth, dans sa dimension psychologique et historique. Encore une fois, Cate Blanchett se montre magistrale pour incarner cette souveraine si puissante et si vulnérable.

Nuwanda_dps
7
Écrit par

il y a 5 mois

1 j'aime

Elizabeth : L'Âge d'or
Shortlegg
4

Quand les protestants se mettent à faire des films gros budget.

J'ai beaucoup souris durant le film. Il est bien fait, en tout c'est bien réalisé, pas trop de bourde, un éclairage potable, bref quelque chose de plutôt académique de type "grand public". Néanmoins...

Lire la critique

il y a 12 ans

14 j'aime

3

Elizabeth : L'Âge d'or
drunkenfirefly
8

Critique de Elizabeth : L'Âge d'or par drunkenfirefly

Oui, ça vaut sûrement moins que 8, mais quand je vois Cate Blanchett avec en prime un halo de lumière divine autour d'elle, je m'agenouille et je pleure, éblouie.

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime

Elizabeth : L'Âge d'or
AurlienGlabas
7

Le perruquier devenu milliardaire

Le film avait bien démarré, mais au fil du temps, il perd de l'ampleur. C'est dommage, car rare sont les oeuvres qui démarrent aussi bien. Plongé dans l'Angleterre de la Renaissance, au bord du...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime

Tralala
Nuwanda_dps
8
Tralala

Tralala dans l'air

La scène d’ouverture donne le ton magique car enivrant de "Tralala" : la poussière d’un squat miteux près à être démoli qui devient poussière d’étoiles et source d’inspiration pour une prochaine...

Lire la critique

il y a 8 mois

11 j'aime

1

Paterson
Nuwanda_dps
9
Paterson

Paterson: une réconciliation

Paterson est l'homme, la ville, le film de la réconciliation. Réconciliation entre la pauvreté de la ligne de bus 23 et la richesse des dialogues de ses passagers. Entre la laideur du chien et la...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

Parasite
Nuwanda_dps
8
Parasite

Le jeu de la famille et de l'arnaque

Parasite, tel est le juste qualificatif pour un film dont la tension vous suit bien après être sorti du cinéma. Il dérange, dans le sens positif du terme. Le réalisateur manie avec brio les genres,...

Lire la critique

il y a 3 ans

7 j'aime